Urgent/Guinée: les élèves de Pita dans la rue

44

Conakry- plusieurs élèves du primaire et du secondaire ont manifesté ce jeudi 23 novembre 2017 dans la ville de Pita en solidarité avec leurs collègues des autres préfectures et villes du pays qui n’ont pas de cours par manque d’enseignants dans les salles de classes depuis près de deux semaines, a appris Afrinews.org

Tout a commencé hier mercredi dans l’après midi lorsque certains professeurs ont boudé les cours pour exprimer leur soutien à leurs camarades des villes touchées par la grève du syndicat libre des enseignants et chercheurs de Guinée (SLECG). La direction préfectorale de l’éducation de Pita aurait envoyé son personnel au collège Djissouma, situé à la rentrée de la ville pour maintenir les élèves dans les salles de classes.

Ce matin aux environs de 9heures, les lycéens de Oustoyah sont sortis pour empêcher ceux des écoles privées d’étudier, puis ils se sont dirigés à la devanture de la ville. La route nationale a été barricadée, des pneus brûlés. Les élèves ont régné en maitre absolu jusqu’à midi avant de regagner leurs domiciles respectifs sans aucun incident.

Contrairement à Conakry où les services de sécurité ont réprimé les manifestations avec un bilan de deux morts tués par balles, la police et la gendarmerie sont restées à l’écart de la colère des élèves.

Comme nous vous l’annoncions précédemment, Pita n’avait pas suivi la grève des syndicalistes.

Ayant eu vent de ce qui allait se passer ce jeudi, la DPE avait envoyé hier soir des émissaires dans les domiciles de certains professeurs pour tenter de les dissuader. Ils auraient même menacé de déposer au département les noms de tous les enseignants qui iront en grève. Mais cette menace n’a pas été pris en compte par les concernés qui ont mis en exécution leur décision.

Mariam Diallo pour Afrinews




Laisser un commentaire