Tarifs téléphoniques: Quand le ministre Oyé se moque des guinéens

33

Conakry- ‘’cher client, en application de la loi L/2015/N00/AN vos appels sont facturés désormais à 1F/S’’, c’est par ce message des opérateurs téléphoniques que les populations ont été informées de la décision du gouvernement d’augmenter les tarifs d’appels. Face à cet acte impopulaire, le ministre des postes et télécommunications a tenu à apporter quelques précisions ce vendredi à son département, a constaté sur place votre quotidien électronique Afrinews.org

Selon le ministre, cette mesure vise à renflouer les caisses de l’Etat et relever l’économie frappée durement par l’épidémie d’Ebola qui sévi dans le pays depuis un an et demi.

Dans sa communication, Oyé Guilavogui a minimisé cette augmentation de 60F par minutes dans les appels. Pour lui, les citoyens doivent consentir cet effort pour aider son pays.

Répondant à une question d’un journaliste, le chef du département, a reproché aux hommes des médias de ne pas l’avoir demandé d’augmenter de plus car dit-il même les 60F par minutes sont petits.

De qui se moque-ton ? Comment une population secouée à la fois par une crise politique, l’Ebola et la mal gouvernance peut-elle supporter le déficit de l’Etat ? Le gouvernement mesure t-il l’impact que cela peut avoir sur le quotidien de ses citoyens ?

Si le ministre voulait éclairer l’opinion, pourquoi attendre la rentrée en vigueur de la loi avant de faire une sortie médiatique pompeuse ? Avions-nous besoin des explications de ce ministre qui se réjouit d’une telle loi ? Je dis non. Et je souhaite vivement la création d’une association des consommateurs, car le pauvre citoyen est abandonné à lui-même.

On parle d’une économie touchée par Ebola, mais entre temps, des millions sont distribués par le chef de l’Etat et les membres du gouvernement à l’intérieur du pays dans le seul but d’avoir des électeurs pour renouveler le mandat du président Alpha Condé.

En France, aux Etats Unis ou encore ailleurs, quand l’économie est affectée par une crise, le président de la république commence par donner l’exemple en diminuant ses propres charges ainsi que le train de vie de l’Etat. Le gouvernement ne pouvait-il pas imposer aux ministres et haut cadre de l’Etat de faire des sacrifices en cédant à certains privilèges au profit du bas peuple ?.

Malgré, ce constat, le budget de la présidence de la république session 2015 a été revu à la hausse.

Abdoulaye Maci Bah pour Afrinews
+224 622 44 99 66




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *