Niger: Les meurtriers d’un homme d’affaire guinéen neutralisés par la Police

46

Pour la Nième fois, la Police Judiciaire vient de démanteler un réseau de malfaiteurs opérant dans la ville de Niamey. Ils sont au total cinq (5) individus, dont une jeune fille, tous de nationalité nigérienne, à être présentés, aujourd’hui, dans les locaux de la Police Judiciaire au Procureur de la République.

Le démantèlement de ce réseau de malfrats est consécutif à une notification qui a été faite à la Police Judiciaire, faisant état de la disparition de Monsieur Ibrahim Gaoussou Kourouma de nationalité guinéenne. Le récit des évènements.

Le 15 mai 2014, précisément aux environs de 11 heures, la Police Judiciaire a été saisie de la disparition de Monsieur Ibrahim Gaoussou Kourouma, directeur d’une société installée à Niamey. Selon la PJ, le corps de M. Ibrahim a été retrouvé, le jeudi 16 mai 2014 dans le fleuve au quartier Saga. Le défunt présente des traces de blessures au niveau du dos, une plaie profonde à la nuque, le pied gauche fracturé, des traces de coups sur tout le corps et une entaille au cou. Ainsi, les investigations faites par la Police Judiciaire, à travers les relevés, ont permis de remonter aux meurtriers qui sont au nombre de trois individus: une élève résident au quartier Koira Kano et les deux autres malfrats sans profession habitent au quartier Koira Tégui. Les quatrième et cinquième complices résident également à Koira Tégui.

L’enquête réalisée par la Police Judiciaire suivie de l’interpellation de la jeune fille impliquée dans l’affaire a permis d’établir les rapports particuliers qu’elle entretenait avec le défunt. Mieux, lorsqu’elle a été soumise à un interrogatoire, celle-ci expliquait avoir conduit M. Ibrahim Gaoussou Kourouma au quartier Koira Tégui, précisément au domicile de ses deux complices qui l’attendaient pour la circonstance. Les deux complices de la fille ont aussi reconnu avoir menacé la victime avec un couteau avant de commencer à la frapper. Entre temps, M. Ibrahim Gaoussou Kourouma a réussi à leur échapper à pieds. Malheureusement, les meurtriers lancés à ses trousses à bord de son propre véhicule, ont fini par le renverser et même l’écraser. Ils ont ensuite transporté le corps en le plaçant dans le coffre arrière jusqu’au deuxième pont où le cadavre a été jeté dans le fleuve, la nuit du 13 mai 2014 aux environs de 4 heures du matin.
De retour, les assassins ont vendu le véhicule du défunt, une Toyota de couleur bleu-marine à un certain Mahamadou. Ce dernier a été aussi interpellé. Il a déclaré avoir remis ledit véhicule au surnommé Boudalla qui est parti pour le revendre au Nigeria. Par ailleurs, la perquisition au domicile des trois (3) meurtriers a permis à la Police Judicaire de saisir deux couteaux (avec lesquels ils se sont servis pour commettre le crime), un téléphone portable et un ordinateur portable appartenant au défunt. A l’heure actuelle, précise l’officier de Police chargé de la communication à la Police Nationale, M. Adili Toro,  »deux véhicules 4×4 ont été saisis et immobilisés dans les locaux de la Police Judicaire. Un troisième véhicule a été aussi intercepté au niveau de la frontière du Nigeria ». S’agissant particulièrement de la jeune fille, fortement impliquée dans cet assassinat, l’officier Adili Toro ajoute  »qu’elle n’est pas à son premier coup d’essai. Elle aurait une fois volé le pistolet de son frère pour le donner à un malfrat ».
Pour le Procureur de la République, M. Boukary Sally Ibrahim qui a effectué le déplacement de la Police Judiciaire, il s’agit d’encourager les Forces de Défense et de Sécurité pour le travail formidable abattu en démantelant ce réseau de malfaiteurs pour tout ce qu’ils ont eu à commettre comme forfait.  »Ils seront déférés tout à l’heure au parquet et des poursuites seront engagées contre ces personnes », a précisé le Procureur qui a saisi l’opportunité pour lancer un appel à l’endroit de la population de Niamey.  »Cette dernière doit savoir que la question de la sécurité n’est pas uniquement l’apanage de la Police. Elle doit fortement contribuer en donnant les informations nécessaires aux services compétents sur tout ce qui est suspect. L’implication de la population permettra sans nul doute à la Police de démanteler les individus sans foi, ni loi qui perturbent la quiétude des populations de Niamey », a conclu M. Boukary Sally Ibrahim.

Le Sahel

lu sur actuniger.com




Laisser un commentaire