Guinée: l’opposition brandit encore des nouvelles menaces contre le pouvoir

176

Conakry- Apparemment l’opposition républicaine en a marre du régime Condé. Ce mardi 18 avril 2017 après plus de trois heures de discussions, les leaders membres de cette coalition ont décidé de reprendre leur manifestation de rue pour exiger l’application intégrale de l’accord politique du 12 octobre 2016, a appris Afrinews.org

Les opposants disent regretter que ce document consensuel ‘’ne connait même pas un début d’exécution’’, car dit-elle, le code électoral adopté à l’assemblée nationale ‘’n’est pas promulgué’’. Et elle précise que cette loi ‘’n’est même pas arrivée à la Cour constitutionnelle’’ pour validation alors que les délais de transmissions ont expiré.

C’est pourquoi, prévient le porte parole de l’opposition ‘’Nous ne pouvons pas rester les bras croisés et laisser cet accord pour lequel nous nous sommes investis,…piétiné comme les trois précédents dialogues par Alpha Condé’’

Pour Aboubacar Sylla, l’opposition va ‘’engager des manifestations sur les places et voies publiques, avant le mois de Ramadan et durant ledit mois’’.

Ce député du principal parti d’opposition ajoute: ‘’nous allons organiser des meetings tournants à Conakry pour sensibiliser et conscientiser les populations guinéennes, qu’il s’agisse de nos militants ou des citoyens qui se retrouvent dans notre souci de mettre en place une véritable démocratie, un véritable Etat de droit, pour qu’ils sachent pourquoi nous allons manifester’’.

Les opposants au régime condé ont également promis de saisir la communauté internationale, les religieux, et ils envisagent d’adresser des courriers au Secrétaire général des Nations unies, à l’Union africaine, à l’OIF et à tous les partenaires techniques et financiers de la Guinée pour demander leur implication pour l’application de cet accord.

Quant à la volonté de plus en plus exprimée par le président de la république pour un troisième mandat, l’opposition promet de s’opposer par tous les moyens légaux si de telles intentions arrivaient à se concrétiser.

En attendant le chef de l’exécutif guinéen et son principal opposant fument la même cigarette depuis quelques mois au risque des populations abandonnées dans la pauvreté et la misère totale.

Maladho Barry pour Afrinews




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *