Ebola: l’OMS annonce à nouveau la fin de l’épidémie en Guinée

45

L’épisode d’Ebola en Guinée est terminé, ont annoncé (pour la deuxième fois) mercredi des responsables guinéen et de l’OMS, qui préviennent cependant de la possibilité d’une « résurgence » de la maladie.

Dans un communiqué publié mercredi 1er juin à partir de son siège à Genève, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) a déclaré « la fin de la transmission du virus Ebola » en Guinée, alors que le pays a passé 42 jours – deux fois la durée maximale d’incubation – sans nouveau cas depuis le second test négatif sur le dernier patient.

La source exacte de l’infection de ce dernier épisode n’a pas été déterminée mais, d’après l’OMS, elle semble « vraisemblablement » liée à une exposition aux liquides corporels infectés d’un survivant.

« Depuis le début de l’épidémie en décembre 2013, nous avons un chiffre cumulé de 3 814 cas enregistrés dans le pays, avec 2 544 décès », a déclaré le coordinateur national de la lutte anti-Ebola en Guinée, Dr Sakoba Keïta, lors d’une cérémonie à Conakry pour marquer la fin de cet épisode d’Ebola en Guinée.

Une « résurgence de la maladie n’est pas à exclure. C’est possible encore qu’il y ait » de nouveaux cas, a poursuivi le représentant de l’OMS en Guinée, Dr Abou Beckr Gaye.

« Vigilance »

Il a appelé les populations « à la vigilance, à se conformer aux règles d’hygiène les plus élémentaires comme (prescrit) depuis le début de cette maladie » pour prévenir de nouveaux cas.

Lors d’une éventuelle résurgence, a de son côté souligné le représentant de l’OMS, « le problème, c’est d’avoir les capacités d’y faire face de manière tout à fait prompte et aujourd’hui, on peut dire que ça existe ».

« L’expertise la plus pointue en matière de lutte contre Ebola se trouve dans les trois pays les plus touchés par la maladie », la Guinée, le Liberia et la Sierra Leone, a ajouté Dr Gaye.

« Nous devons continuer à être vigilants pour nous assurer que nous détectons rapidement les nouveaux cas », a-t-il dit, cité dans le communiqué de l’OMS.

Pendant le dernier épisode d’Ebola en Guinée, 7 cas confirmés et 3 autres probables ont été enregistrés entre le 17 mars et le 6 avril. En outre, 3 cas confirmés – une femme et ses deux enfants ayant voyagé de Macenta en Guinée à Monrovia au Liberia, ont été enregistrés entre le 1er et le 5 avril.

Le 29 mars, l’OMS a annoncé officiellement que l’épidémie d’Ebola en Afrique de l’Ouest, la plus grave depuis l’identification du virus en 1976, ne constituait plus une « urgence de santé publique de portée internationale », mettant ainsi fin à cette procédure d’urgence décrétée en août 2014.

Jeuneafrique avec AFP




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *