Violences politiques en Guinée: plusieurs militants de l’UFDG contraints à l’exil

89

Conakry- Être dans l’opposition n’est pas chose facile en Afrique. En Guinée, depuis l’accession du président Alpha Condé au pouvoir en décembre 2010, plusieurs militants de son principal challenger, Cellou Dalein Diallo ont été contraints à l’exil à cause des violences dont-ils subissent de la part des forces de sécurité sur l’axe Cosa-koloma-Bambeto-Hamdallaye, a constaté Afrinews.org

Considéré comme étant le fief électoral de l’Union des Forces Démocratiques de Guinée (UFDG), principal parti d’opposition, à chaque manifestation ou mouvement politique, les habitants de cet axe sont victimes de brutalité de la part des agents de la sécurité. Des domiciles vandalisés, des jeunes interpellés et bastonnés. Certains sont jugés dans des procès dont le verdict est dicté par au plus haut sommet de l’Etat.

Un jeune supposé être l’un des organisateurs des résistances aux forces de l’ordre dans le quartier koloma 1 est dans le collimateur de ceux-ci. D’après nos informations, il serait recherché par des agents déguisés en civil qui seraient visible dans certains endroits dont il avait l’habitude de fréquenter.

Informé, Alpha Amadou Maci Bah, jeune diplômé sans emploi a préféré quitter son pays pour se trouver refuse à l’étranger. Sa famille ignore là où il serait en ce moment.

Selon un de ses proches, comme son parti, ne l’a pas soutenu dans son exil, il ne compte plus regagner le bercail.

En guinée, l’impunité est garantie aux services de sécurité. Le massacre et le viol collectif des militants de l’opposition au stade du 28 septembre 2009 ne sont toujours pas élucidés. Les auteurs des crimes courent dans la nature malgré les dénonciations des organisations des défenses de droits humains mettant en danger les rescapés.

Le parti de Cellou Dalein Diallo a déjà enterré plus de 70 de ses militants tués à balles réelles sans que justice ne soit rendue. La justice est prompte quand il s’agit des partisans du pouvoir, déplore son parti.

Youssouf Keïta pour Afrinews

+224 622 44 99 66




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *