Somalie: au moins trois morts dans l’explosion d’une voiture piégée

143

Au moins trois personnes ont été tuées samedi dans l’explosion d’une voiture piégée qui a frappé un restaurant d’un quartier du nord de la capitale somalienne Mogadiscio, a-t-on appris de source officielle et auprès de témoins.

« Il y a eu une explosion contre un restaurant dans le quartier de Beyhani. Trois civils ont été tués et cinq autres blessés », a déclaré à la presse Abdifatah Halane, le porte-parole de l’administration de la province de Banadir, qui englobe Mogadiscio.

D’après des témoins interrogés par l’AFP, le véhicule piégé était garé juste à l’extérieur du restaurant et l’explosion a été de très forte intensité.

« L’explosion a été énorme. La voiture était juste à l’extérieur du restaurant et j’ai vu plusieurs cadavres, dont celui d’un enfant », a rapporté l’un d’eux, Farhan Mohamed.

Plusieurs sources ont indiqué à l’AFP que le restaurant visé est régulièrement fréquenté par des responsables des forces de sécurité somaliennes mais on ignorait en l’état si l’un d’eux se trouvait dans l’établissement au moment de l’attentat.

L’attaque n’avait pas été revendiquée samedi en début d’après-midi mais les insurgés islamistes shebab, affiliés à Al-Qaïda, mènent régulièrement des attentats à la voiture piégée ou des assassinats ciblés contre des cibles gouvernementales.

Ils ont également multiplié ces derniers mois des attaques meurtrières contre des restaurants et quelques uns des hôtels les plus en vue de Mogadiscio.

Les shebab ont juré la perte du gouvernement central de Somalie, soutenu à bout de bras par la communauté internationale et défendu par la force de l’Union africaine en Somalie (Amisom), forte de 22.000 hommes.

Confrontés à la puissance de feu supérieure de l’Amisom, déployée à partir de 2007, les shebab ont été chassés de Mogadiscio en août 2011.

Ils ont ensuite perdu l’essentiel de leurs bastions, mais ils contrôlent toujours de vastes zones rurales d’où ils mènent leurs opérations de guérilla et autres attentats-suicides, souvent jusque dans la capitale.

AFP




Laisser un commentaire