Présidentielle 2015: Cellou Dalein dévoile son programme de société (lisez)

45

Chers Représentants des Partis invités,

Chers compagnons congressistes,

Chères militantes, chers militants,

Je voudrais  réitérer mon salut et mes remerciements, au nom de la Direction politique nationale et en mon nom personnel, aux Représentants des partis amis venus de l’Etranger pour honorer  notre Congrès de leur présence.

Mes remerciements aussi aux chefs des partis guinéens auxquels je renouvelle mes salutations fraternelles.

Mon salut à vous tous, vous les militants, les élus, les Représentants de nos fédérations à l’Etranger, les dirigeants de notre grand Parti avec  mes félicitations pour la réussite de nos travaux.

Je voudrais, avant tout autre propos, exprimer ma profonde  gratitude aux congressistes pour leur confiance en renouvelant mon mandat à la Présidence de notre Parti et en m’investissant comme candidat  de l’Union des Forces Démocratiques de Guinée à la prochaine élection présidentielle.

Vous, ma famille politique, en me plébiscitant comme président du parti et candidat à la Présidence de la République, vous exhortez tous les Guinéens à me faire aussi confiance pour changer le cours de notre histoire et nous offrir à tous un avenir meilleur et plus prometteur.

Chacun devine alors les sentiments qui se disputent mon cœur et expliquent l’émotion que je peux ressentir : la reconnaissance envers vous, l’humilité devant les attentes nombreuses et légitimes de nos concitoyens, la fierté aussi de porter les espoirs de tout un peuple.

Croyez-moi, je mesure le poids de l’immense responsabilité d’aller à la rencontre de notre grand et fier peuple, pour solliciter ses suffrages et sa confiance, pour le mobiliser et le rassembler pour le changement que nous espérons tous, cette infinie promesse qui sera à la fois l’effort et la récompense de tous, l’œuvre de chacun et de tous, dont le peuple sera la grande locomotive.

Chers compagnons congressistes,

Pour atteindre notre objectif, nous avons besoin d’un Parti plus dynamique, plus inventif, plus ouvert. C’est ce qui nous a donné notre Congrès grâce à des débats ouverts, sans  pensée unique et sans recherche de consensus populiste.

En  effet, l’Ufdg se renouvelle comme le veulent les réaménagements  de ses textes fondamentaux. Dans tous ses  organes, une place plus importante  est ainsi faite aux jeunes et aux femmes qui répondent aux critères de compétence et de dynamisme.

L’importance  décisive de notre congrès ne saurait cependant être réduite aux réaménagements de ses textes et  aux changements de leurs animateurs Elles est dans la prise de conscience affirmée de la nécessité de tendre la main à tous ceux qui ont la vocation de se rassembler contre le pouvoir actuel.

Comme vous le savez, pour conserver à tout prix le pouvoir, Alpha Condé a choisi la voie de la division, celle qui lui a réussit en  2010.  Contre sa politique de segmentation de la société, de manipulation des communautés en dressant les unes contre les autres, il faut opposer la force du rassemblement.

C’est pourquoi l’Ufdg que je vais, de nouveau, présider sera un parti cohérent, sans clan ni factions et dont je garantirai l’unité. Un parti mobilisé, dans le combat contre un pouvoir qui s’est servi de la République pour diviser la nation. Un parti en mouvement vers les guinéens pour les rassembler et conquérir le pouvoir d’Etat.

Chers compagnons congressistes,

En tant que candidat investi de l’Ufdg à la prochaine élection présidentielle, mon ambition est ainsi de rassembler les guinéens. Les rassembler autour d’un projet dont les grandes lignes s’ordonnent autour des points suivants

Je voudrais à priori rappeler les valeurs et la vision de notre Parti. L’UFDG est un parti libéral qui rassemble des guinéens partageant les valeurs de liberté et de démocratie, ainsi qu’une vision novatrice du pays qui est celle d’une Guinée moderne, unie et prospère. Une Guinée où chacun peut faire valoir ses talents et tirer profit de  ses atouts pour assurer son bonheur, dans le respect des règles fixées par la loi. Une Guinée où le rôle de l’Etat est d’accompagner l’individu et non de se substituer à lui dans sa quête du bonheur. Une Guinée dont l’exploitation des immenses richesses de son sol et sous-sol sera enfin réalisée dans la transparence et le respect de l’équité.

Je suis profondément convaincu, que le salut pour l’ensemble de mes concitoyens passe par la promotion de ces valeurs de démocratie et de bonne gouvernance dans une dynamique où le libre marché et la mise en place d’institutions fortes capables de garantir cette liberté sont au premier plan.

Au titre de la Gouvernance Politique, il faut dire que notre pays a besoin d’un leadership capable de favoriser l’application effective de lois qui garantissent la sécurité des personnes, des biens et des contrats. Pour s’assurer qu’elles soient  effectivement implémentées, je mobiliserai bras et esprits pour doter la Guinée d’institutions, fortes, crédibles et légitimes en veillant scrupuleusement à la séparation effective des pouvoirs.

L’UFDG dans sa vision œuvrera en faveur de l’ancrage de la culture démocratique par le recours aux suffrages des citoyens  en vue de doter le pays de dirigeants légitimes tant au niveau national que local.  Les libertés d’opinions et de manifestations consacrées par notre constitution seront effectivement  garanties et protégées.

Je suis également pour un Etat fort quand il s’agit d’assurer la sécurité des guinéens mais aussi un Etat discret et attentif pour laisser libre expression à l’action de ses citoyens, de leurs initiatives entrepreneuriales et de ses partenaires externes qu’ils soient dans le domaine public ou privé.

L’UFDG entend poursuivre la reforme des forces de défenses et de sécurité, ainsi que leur participation dans la lutte pour la sécurité régionale et sous régionale menacée par des bandes armées et des groupes terroristes.

Je suis pour un système parlementaire éloigné des caricatures que l’on peut voir ici et là où les parlements sont si proches de l’exécutif qu’on pourrait les confondre. En démocratie, le rôle de contre-pouvoir du parlement est d’une importance capitale. Elle est importante pour le peuple mais aussi, j’en suis persuadé, pour le parti au pouvoir lui-même, car il permet une véritable critique constructive dans l’élaboration, la mise en œuvre et l’évaluation des politiques gouvernementales.

Je suis pour un système judiciaire qui permettra de garantir le respect du droit et de l’équilibre des pouvoirs. L’UFDG veillera au bon fonctionnement et à l’indépendance des Institutions comme la Cour des Comptes, la Cour Constitutionnelle, et la Haute cour de Justice dont la non fonctionnalité aujourd’hui constitue des vecteurs de fragilité de la Guinée.

Je suis pour l’émergence de médias pluriels de sensibilités différentes. C’est dans la diversité que notre pays s’est construit et c’est dans le respect de cette diversité qu’on arrivera à garantir l’unité nationale.

Chers compagnons congressistes

S’agissant de l’administration publique, il faut noter que vaincre les tares et les insuffisances qui la gangrènent sera une tâche ardue car, elles sont nombreuses et profondément enracinées. L’UFDG entend introduire dans l’administration publique le système de gestion axé sur les résultats. Les performances de nos fonctionnaires seront ainsi évaluées notamment par les usagers des services publics et prise en compte dans l’évolution de leurs carrières. Cette vision sera accompagnée d’une modernisation de l’administration publique avec un vaste programme de renforcement des capacités visant à éradiquer le laxisme, l’impunité et la corruption. L’UFDG créera une véritable fonction publique territoriale dotée d’un statut particulier. S’agissant de la corruption qui est un fléau qui entrave le développement économique de la Guinée, je ferai la promotion de deux principes qui me tiennent à cœur l’exemplarité et la transparence. Ces principes seront appliqués dans la gestion des deniers publics. Une haute commission de lutte contre la corruption sera instituée. Elle sera indépendante et pourra auditer les comptes publics de toutes les administrations.

En ce qui concerne la réconciliation nationale, l’UFDG jouera pleinement ce rôle. Elle s’emploiera à la formulation et à la mise en œuvre d’un savoir :

i-) le droit à la vérité ;

ii-) le droit à la justice ;

iii-) le droit à la réparation ; et

iv-) le droit à la lutte contre l’impunité.

Chers compagnons congressistes,

En ce qui concerne  la Gouvernance Sociale, l’UFDG entend bâtir un système éducatif performant dont la mission est de produire une nouvelle élite porteuse d’espoir et compétitive. L’objectif étant l’amélioration de l’accès au primaire, la qualité de l’enseignement avec une adaptation de la formation aux exigences du marché de l’emploi.

L’enseignement professionnel sera promu pour répondre aux besoins des secteurs de croissance (agriculture, mines, BTP et prestations de services)

Chers compagnons congressistes,

Dans le domaine de la santé, l’apparition et la propagation de l’épidémie à virus Ebola en Guinée a montré les failles et les faiblesses de notre système de santé. C’est l’occasion pour moi de remercier la communauté internationale pour tous les efforts consentis dans la lutte pour  l’éradication de cette épidémie.

L’UFDG mettra  en place un système de santé performant basé sur l’amélioration de l’accès, de la qualité et l’accessibilité des médicaments en partenariat entre le Privé et les Collectivités Locales. Les programmes de lutte contre les maladies prioritaires (la fièvre hémorragique à virus Ebola, le paludisme, la tuberculose et le VIH sida, etc.) bénéficieront de ressources financières suffisantes afin d’éradiquer lesdites maladies.

La promotion des mutuelles de santé en vue d’assurer une large couverture des soins de santé à toutes les couches de la population, notamment celles qui sont les plus vulnérables (femmes, enfants et personnes âgées) sera une priorité. Un programme renforcement des capacités du corps médical assorti d’un contrat de performance sera initié et mise en œuvre.

Chers compagnons congressistes

Concernant de la Gouvernance Economique, l’UFDG entant introduire une nouvelle approche en matière de Politique de Développement.

En effet, malgré ses riches potentialités agricoles et minières, un environnement naturel propice au tourisme, la Guinée est paradoxalement un des pays les plus pauvres d’Afrique.

L’UFDG ambitionne de faire de la Guinée, un pays émergeant à l’horizon 2025 en multipliant par 5 son PIB par habitant. Il s’agit pour nous de favoriser l’économie de marché en redéfinissant le rôle de l’Etat et en mettent en place un nouveau cadre juridique et réglementaire propice à l’épanouissement du secteur privé. Le schéma et le fondement d’intervention seront centrés sur le développement des Pôles de Croissance Economiques (PCE) dans les régions naturelles en tenant compte des avantages comparatifs de chaque zone à travers un mode financement public privé. Etant donné la rareté des ressources financières, il sera défini et mis en œuvre une méthodologie de priorisation des projets.

L’UFDG s’attèlera à faire du secteur rural (agriculture, élevage et pêche) son cheval de bataille en vue d’assurer l’indépendance et  la sécurité alimentaire. Des investissements massifs visant l’amélioration des capacités productives seront réalisés, l’accès au crédit et aux intrants,  à travers un mode de financement Public et Privé sera effectif. Les cultures de rentres tournées vers l’exportation telle que le café, le cacao, l’hévéa, le coton, l’ananas, ainsi que les produits halieutiques et de la foresterie seront suffisamment promues.

Chers compagnons congressistes

S’agissant des secteurs de l’Energie/Eau, des Mines et de l’Industrie, l’UFDG s’emploiera à faire de la Guinée un pays potentiellement exportateur de l’énergie en mettant l’accent sur l’hydraulique. Nous privilégierons la Gestion du Secteur avec des Partenaires Internationaux crédibles intéressés à travailler en Guinée. Notre but est de porter la production énergétique à environ 200O MW à l’horizon 2025 en misant sur l’aménagement du barrage de Souapiti  (515 MW) de Fomi, etc. L’UFDG s’activera à la réalisation des mégas projets miniers à valeur ajoutée dans les domaines de l’alumine, du fer, etc. en vue de booster la croissance. L’UFDG développera une politique d’industrialisation centrée essentiellement sur l’agro-industrie, l’industrie extractive et celle pharmaceutique.

Chers compagnons congressistes

En ce qui concerne les secteurs des travaux publics, des télécommunications, de l’urbanisation et de l’assainissement, l’UFDG s’investira à la modernisation du réseau routier, des télécommunications, de l’habitat et de l’assainissement. Un important programme d’investissement sera mobilisé et consacré au bitumage des routes nationales et celles préfectorales ainsi que la réalisation des pistes rurales. Des efforts seront fournis pour améliorer la réglementation et la qualité de l’offre de service dans le domaine des télécommunications. Un plan d’aménagement des villes sera élaboré et mis en œuvre à travers la construction de différents types d’habitation. Un programme d’assainissement sera implémenté dans une logique de pérennisation des initiatives avec une participation  du secteur privé et des collectivités locales.

Chers compagnons congressistes,

C’est ce Programme que je viens de décliner dans les grandes lignes que je proposerai au pays, aux guinéens, que je débattrai contre les offres concurrentes des autres candidats. Telle est la loi de la démocratie.

Les 12 grands défis que notre Gouvernement entend relever sont résumés ci-après:

  • pas de citoyen exclu de la vie socio-politique du pays ;
  • pas d’ethnocentrisme ;
  • pas de corruption ;
  • pas de crime impuni ;
  • pas de détournement de fonds publics ;
  • pas de famille mal nourrie ;
  • pas de préfecture enclavée ;
  • pas de ville insalubre ;
  • pas de robinet sans eau ;
  • pas de ville sans électricité ;
  • pas d’enfant sans salle de classe ;
  • pas de malade sans soins.

Mes chers compagnons,

Chez nous, ici, la campagne pour les élections est le prétexte de toutes les surenchères  pour opposer, diviser nos compatriotes. Selon une habitude bien connue de nos adversaires du pouvoir. L’UFDG, vous devez le savoir pour vous y préparer, a été de tout temps victime d’injustices graves contre ses militants, victime aussi de mensonges grossiers contre son leader. Ainsi, sous ce régime, un ministre de l’intérieur, depuis tombé en disgrâce et dans l’anonymat des petits hommes qui veulent forcer les portes de l’histoire, a affirmé publiquement que j’ai reçu le prix du premier investisseur étranger au Sénégal. Alors que devant toutes les cameras du monde, devant un parterre d’invités venus de tous les pays, en présence de nombreux témoins parmi lesquels le frère Soumaila Cissé parmi nous, notre parti et son président ont été récompensés pour avoir choisi d’appeler au calme après le hold-up électoral dont nous avons été victimes en 2010

Chers compagnons congressistes,

Soyez vigilants dans un débat où la vérité, ce ne sont pas les faits et les actes, plutôt ce qui est dit, entendu et écrit. Il est plus facile d’accuser que de se défendre dans notre pays où beaucoup de nos concitoyens croient encore et toujours à la parole officielle et ne doutent pas de la crédibilité des responsables publics ou de la fiabilité de leurs déclarations officielles. Nos Concitoyens ont l’excuse de croire qu’un homme d’honneur ne ment pas, qu’au niveau de responsabilité dans l’Etat où se trouvait le ministre, on ne peut dire n’importe quoi sur n’importe qui.

J’ai été présenté aussi, par les mêmes, comme un Prédateur qui aurait fait main basse sur les deniers publics. On m’a toujours accusé sans preuve, parce qu’il n’y en a pas, il n’y en aura pas  contre  un homme propre et honnête. Je leur lance le défi depuis des années de prouver le contraire. Ils en sont incapables. Leur but, ce n’est pas d’établir ma culpabilité ou d’édifier notre opinion publique à propos de ma gestion passée, mais de nuire à un adversaire jugé redoutable, leur espoir, c’est de discréditer notre parti et notre action, mais, je vous le jure, ils ne feront jamais de nous ce que nous ne sommes pas, nous ne perdrons jamais notre honneur et notre âme face à des gens qui ne pourront jamais dormir du sommeil du juste à cause de tous les torts qu’ils ont causé à la Guinée et aux Guinéens.

Soyez vigilants et mobilisés face au mensonge qui ne résiste pas aux faits, mais peut parfois s’imposer avec le temps. Je vous rassure que, pour ma part, je continue, serein et confiant sur le chemin de l’honneur et du devoir, indifférent à la méchanceté, aux mensonges, à la calomnie et aux fausses convictions. Shakespeare, en homme averti, a prévenu :  »Serais-tu aussi chaste que la glace et aussi pure que la neige, tu n’échapperais pas à la calomnie ». Souvenez-vous pendant cette campagne et dans notre parcours quotidien de ces paroles pour mépriser le mensonge et la calomnie ou en tirer l’énergie et la force de triompher des pires adversités.

Chers compagnons congressistes,

Un homme politique a déclaré  »il ne faut pas trop abuser de l’avantage de n’avoir jamais rien fait ». Quelqu’un qui fut dans une autre vie  »opposant historique », avant qu’il n’accède au pouvoir par hasard et par miracle  avait pour fierté de n’avoir jamais été au service de sa nation. Il nous a toujours reproché d’avoir donné le meilleur de nous-mêmes à notre pays,  comme devrait le faire tout patriote et homme  responsable. Si nous, nous n’avons pas réussi dans tout ce que nous avons entrepris, lui, il échoue dans tout ce qu’il entreprend, il est responsable maintenant de trop de malheurs des Guinéens, il a occasionné la faillite totale de notre pays. Avant qu’il ne soit trop tard et que l’histoire nous condamne, nous devons nous mobiliser pour le départ du pouvoir de Monsieur Alpha Condé qui s’accroche à l’espoir d’un second mandat que les Guinéens ne souhaitent pas lui donner.

Devant l’état de délabrement de notre pays qui a connu un recul dramatique ces cinq dernières années, les Guinéens ont décidé de délivrer un carton rouge à un homme dépassé par la fonction présidentielle à laquelle il n’est pas préparé, qu’il n’est pas apte non plus à exercer. Aussi Alpha Condé vit-il dans la peur et la hantise d’une défaite inéluctable. Aussi a-t-il décidé, lui qui est devenu Président par la force et la fraude, de s’y maintenir par la force et la fraude  défiant une nouvelle fois notre peuple et notre démocratie. Il refuse de respecter la loi pour l’organisation des élections dans notre pays, bafoue la constitution, en général. Il s’oppose délibérément à la tenue d’élections transparentes et inclusives dans notre pays parce que pour lui seule compte sa victoire même si ce n’est pas la volonté des électeurs, le choix de notre peuple.

Chers compagnons congressistes,

Sans un processus électoral transparent et équitable, une égalité de chance entre les candidats, il n’y aura pas d’élections.  L’UFDG et les partis amis et alliés de l’opposition ne participeront pas à des simulacres d’élections pour légitimer une victoire acquise d’avance, une victoire actée avant que les électeurs ne se prononcent librement. Nous ne serons jamais complices des fraudes en cours, nous refusons que notre démocratie soit prise en otage.

Je vous demande donc, mes compagnons de lutte, de vous tenir prêts et mobilisés pour défendre notre démocratie menacée, pour rétablir la souveraineté perdue du peuple, privé de la liberté de choisir ses représentants, alors qu’il est seul habilité dans un vote libre et transparent à décider qui d’entre nous sera le prochain Président.

Chers militants, ardents défenseurs de nos libertés et de nos droits, nous n’allons pas nous résigner à subir l’injustice et le fait accompli de la fraude. J’en appelle à votre courage et à votre détermination qui ont fait échec aux tentatives nombreuses et fréquentes de nous imposer une nouvelle dictature, il nous faut maintenant relever le défi de la démocratie. Unis, déterminés et mobilisés, nous triompherons de toutes les adversités, de toutes les épreuves, comme tout au long de l’histoire le sursaut du peuple a toujours permis de mettre fin à la tyrannie, à la volonté de puissance et de domination des hommes sur d’autres hommes.

Nous devons espérer que les conditions d’une élection présidentielle transparente et inclusive seront réunies pour sauvegarder une Guinée en paix ! Dans cette perspective et dans la certitude de notre victoire :

Je m’engage à être un Président gardien vertueux de la constitution.

Je m’engage à être un Président de l’exemplarité.

Je m’engage à être un Président respectueux de la parole.

Je m’engage à être un Président de l’indépendance de la justice.

Je m’engage à être un Président  d’une Guinée apaisée et réconciliée.

Je m’engage à être un Président d’une Guinée de confiance.

Je m’engage à être un Président d’une Guinée unie et ambitieuse.

Ensemble, décidons de notre avenir!

Vive les vaillants militants de l’UFDG et de l’opposition,

Que Dieu bénisse la Guinée et les Guinéens!


Cellou Dalein DIALLO

Président de l’UFDG

Candidat à l’élection présidentielle.




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *