Présidentielle 2015: Alpha Condé et Cellou Dalein prêts à tout pour le Graal présidentiel

61

Le scrutin du 11 octobre prochain est un test grandeur nature pour la Guinée voisine. Après les premières élections démocratiques de son histoire en 2010 qui ont vu l’arrivée du Pr. Alpha Condé à la magistrature suprême, le pays fait face à une nouvelle épreuve dans sa marche vers la Démocratie. Plus de cinq ans après, la Guinée continue d’accuser un retard criard dans tous les domaines économique, politique, social et sanitaire. L’épidémie d’Ebola a mis à nu la faiblesse du système de sanitaire en place. A cause de cette maladie, les investisseurs étrangers ne se bousculent plus au portillon, ce qui fragilisa l’industrie et de facto toute l’économie entière. La situation politique n’est guère aussi reluisante. L’Opposition et la Majorité présidentielle tout au long de ces cinq dernières années se sont entre-déchirées. Dans un tel contexte, organiser une présidentielle et la réussir relève de l’exploit pour un pays où tout reste à faire. Mais ce qui effraie de plus les observateurs de la vie politique guinéenne, c’est l’extrême détermination des deux grands favoris au scrutin que sont le président sortant, le malinké Alpha Condé et le Chef de file de l’Opposition, le Halpulaar, Cellou Dalein Diallo pour la victoire finale. Les risques de dérapages et de violences demeurent, de ce fait, bien réels.

Contre vents et marées, l’Administration Condé est décidée à organiser cette deuxième élection présidentielle démocratique de son histoire, et ce à la date prévue à savoir le 11 octobre prochain. C’est finalement à ce consensus auquel la classe politique guinéen est parvenu, celui d’organiser ces présidentielles qui n’étaient pas évidentes avant la tenue des élections communales dont les mandats des élus sont arrivés à terme depuis maintenant cinq ans. Un dysfonctionnement politico-institutionnel longtemps décrié par l’Opposition guinéenne qui voyait en cela un moyen pour le pouvoir en place de maintenir ses partisans aux commandes des administrations locales et de proximité.

Le coup d’envoi officiel de la campagne électorale a été donné ce jeudi 10 septembre à Conakry par un décret présidentiel. Selon la CENI guinéenne, plus de six millions d’électeurs se sont faits enrôlés en vue de participer à ce scrutin.  C’est tout un peuple qui retient son souffle à l’approche de cette date fatidique du 11 octobre prochain. Car si en 2010, les esprits étaient plus pacifiques et plus enclins à accepter des résultats contestables pour telle ou telle autre formation politique, en 2015, les têtes d’affiches semblent prêtes à tout pour obtenir le fauteuil de président.

Alpha Condé et Cellou Dalein Diallo, les deux favoris qui se retrouveront probablement au second tour du scrutin ne jurent chacun que par sa victoire finale. Tout indique que l’opposition guinéenne part super favorite de remporter ces présidentielles à défaut d’un deuxième tour si tant est vrai que celui qui semble être l’arbitre de cette joute électorale, Sidya Touré présenté sous les couleurs de l’Union des forces républicaines (UFR) est aussi de l’Opposition comme son Chef de file Cellou Dalein Diallo.

Mais tout indique que le président sortant, le Pr. Alpha Condé ne cédera pas « aussi facilement » le pouvoir après seulement un mandat à celui qu’il considère être son plus farouche « opposant ethnique » après avoir lutté plus de trente pour l’obtenir. Connaissant son caractère tenace et son opiniâtreté, tout porte à croire qu’il ira jusqu’au bout pour briguer ce second mandat.

Il faut rappeler que Condé reste toujours cet ancien Chef du parti du Mouvement National Démocratique (MND) qui passa plus de vingt ans à l’exil après avoir été condamné à mort par contumace par le régime de Sékou Touré au début des années 1970. Il profita de l’ouverture générale pour la démocratie en Guinée et en Afrique au début des années 1990 suite à la conférence de la Baule de François Mitterrand pour retourner dans son pays natal où il sera emprisonné pendant plusieurs mois sous la présidence Conté.

C’est en 1993, qu’il se présenta finalement à l’élection présidentielle contre le président Lansana Conté sans succès. Contre toute attente, le général Conté est déclaré vainqueur avec 51,7 % des voix, tandis que les observateurs nationaux et internationaux chargés de la supervision du scrutin dénonçaient un fort climat de fraude et dont l’opposition contesta unanimement les résultats officiels. Aux élections suivantes en 1998, il se représenta une nouvelle fois contre le Général Conté mais fut arrêté et emprisonné avant la proclamation même des résultats.

Et en 2000, il sera jugé et condamné à cinq ans de prison ferme par un tribunal spécial pour « atteintes à l’autorité de l’État et à l’intégrité du territoire national ». Il n’en sera relâché qu’un an plus tard et cela, sous la forte pression de la Communauté internationale qui finit par obtenir sa grâce présidentielle. Au total, ce sont donc plus de trente ans qu’Alpha Condé aura passé dans l’antichambre du pouvoir en attendant patiemment de jouir du graal.

Et maintenant qu’il occupe la magistrature suprême après sa longue marche pour la conquête du pouvoir, inutile de dire qu’il tentera son va-tout pour y rester. La question que l’on se pose maintenant est celle de savoir s’il ira jusqu’à user de la fraude pour se déclarer vainqueur.  Comme ce fut le cas en 2010 à la surprise générale lors du second tour des élections présidentielles où il arrivait avec 52,52 % contre 18,25 %  au premier tour. Son adversaire Cellou Dalein Diallo avait recueillis, quant à lui, 43,69 % dès le premier tour pour chuter à 47,48 %.

Pour Alpha Condé la bataille s’annonce alors rude. Son opposant Cellou Dalein Diallo, après avoir enflammé les rues de Conakry avec des manifestations hebdomadaires anti pouvoir, vient de pactiser avec celui que certains qualifient sans détours de diable. Moussa Dadis Camara de la Guinée forestière, puisque c’est de lui qu’il s’agit et dont le nom revient sans cesse comme principal commanditaire de la sanglante répression du 28 Septembre 2009 vient de s’allier au candidat Dalein Diallo pour la présidentielle.

Ce qui a quelque peu écorné sa crédibilité politique. Aux yeux des victimes et des proches de ce drame, il apparait désormais comme celui pour qui la fin justifie les moyens. Il part donc avec le risque d’une cristallisation de ces voix sur son rival Alpha Condé. Néanmoins, il jouit toujours, d’une bonne popularité et la carte Sidya Touré devrait en principe lui revenir au second tour. A moins que, le candidat de l’UFR, le soussou, n’appelle par une volteface extraordinaire à voter pour Condé en désavouant le candidat de l’Opposition dont il est issu.

Ahmed M. Thiam/ InfoSept

Source: InfoSept

Lu dans Malijet




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *