Le parti GPT au siège de Afrinews: ‘’ Sidya, présidentielle 2020, 3ème mandat, alliance…’’

57

Conakry- Votre quotidien en ligne a eu l’honneur de recevoir cette semaine dans ses locaux sis à Bantounka2, le responsable de la communication du parti Guinée pour Tous (GPT) de Dr Ibrahima kassory fofana. Avec monsieur Sory sow, nous avons décrypté plusieurs sujets de l’actualité nationale.

Lisez:

Bonjour Monsieur Sow et merci d’accepter cette interview, on sait que le GPT est un allié au RPG arc en ciel, est-ce qu’on peut savoir aujourd’hui les relations entre votre principal allié et vous ?

C’est vrai que nous sommes un parti allié à la mouvance présidentielle autrement dit au RPG arc-en- ciel depuis l’entre deux tours de la présidentielle de 2010, notre alliance a connu des moments de faiblesse à partir des années 2011-2012, mais actuellement nous sommes en très belle collaboration avec le RPG arc-en-ciel, nous nous concertons régulièrement, nous partageons nos avis sur des questions d’intérêts nationales et nos deux leaders s’entendent aussi très bien.

Le parti GPT ira-t-il seul aux élections locales ?

Par rapport aux élections communales et communautaires en perspectives, le GPT ira en alliance avec le RPG arc-en-ciel, ça suppose que dans certaines localités, le RPG sera tête de liste, à l’intérieur de la liste, il peut y avoir des conseillers RPG arc-en-ciel, tout comme d’autres partis alliés mais par rapport à ces élections à venir, plus précisément le GPT est déjà très avancé avec le RPG arc-en-ciel dans l’élaboration même des listes des candidatures, nous sommes vraiment en alliance avec eux et nous comptons nous battre avec eux par rapport à ces élections.

Est-ce qu’on peut revenir un peu en arrière, qu’est-ce qui vous a poussé à un moment donné de quitter votre alliance avec le RPG et de faire marche arrière ?

Au fait ce n’est pas ça. Nous avons un leader qui est charismatique et très conséquent avec lui-même. En 2010 lorsque le premier tour est passé dans l’analyse des différents leaders en perspectives, le GPT a cru nécessaire de soutenir le Pr Alpha Condé parce que son projet de société nous paraissait plus adapté au contexte sociopolitique de la Guinée, ceci étant, nous nous sommes alliés avec eux, nous sommes d’ailleurs à la base de la création du RPG arc-en-ciel dans l’entre deux tours et puis nous, nous sommes restés au près du Pr Alpha Condé jusqu’à son élection, c’est vrai deux ans après son élection, on s’est rendu compte que la façon dont-il gouvernait le pays ne correspondait pas typiquement à nos attentes par rapport à ça, en tout parti responsable avec un leader aussi conséquent qu’Ibrahima Kassory Fofana, on a décidé de tirer les leçons et dire carrément au RPG que nous ne pouvons pas continuer avec vous si vous ne changez pas la façon de gouverner et c’est ce qui a été dit et acté, heureusement deux ans plus tard, il y a eu énormément d’efforts de retour vers les fondamentaux de la république, vers ce que nous au GPT nous considérons comme des valeurs pour la Guinée et c’est ce qui nous a valu ce retour au sein de la mouvance présidentielle.

Vous dites qu’il y a eu des efforts, mais seulement on constate aujourd’hui que l’état de la gouvernance n’est pas comme il le faut, il y a encore des problèmes d’infrastructures à tous les niveaux. Qu’en dites-vous ?

Ecoutez, il serait hypocrite de dire qu’aujourd’hui en Guinée, tout va bien, il serait hypocrite de le dire, tout comme il serait hypocrite de dire qu’il n’y a pas eu de progrès. Si vous regardez les fondamentaux de la république de Guinée, il y a eu énormément d’efforts mais je suis d’accord avec vous que la matérialisation de ces efforts macro-économique dans le quotidien du guinéen, dans le vécu tarde à venir et ça se comprend. Les reformes macro-économiques pour qu’elles produisent les effets micros, il faut du temps, si vous prenez les infrastructures dont vous parlez, c’est vrai que toutes les infrastructures ne sont pas en place mais il faut reconnaitre qu’il y a un effort conséquent qui est entrain d’être déployé, si vous regardez aujourd’hui la route Conakry-Coyah, le pont de kaka et d’autres projets en perspectives, vous vous rendrez compte qu’il y a des efforts même s’il faut reconnaitre que ce pays là était dans une situation où on se demandait qu’elle était la priorité des priorités, est-ce qu’il faut d’abord faire les reformes fondamentales de l’Etat pour créer l’Etat ou il faut investir dans les actions explicites qui vont fonctionner l’Etat, alors dans un tel déficit, il est difficile de choisir les priorités mais je vous rassure qu’en terme de perspectives, les années à venir seront très porteuses pour la Guinée, pour la simple raison que la mise en place des fondamentaux est entrain vraiment d’aller vers la fin, regardez le secteur énergétique, quand le professeur est arrivé au pouvoir, il y avait deux solutions, il pouvait opter pour la solution immédiate, c’est-à-dire à court terme, investir dans le thermique, changer tombo, mettre des groupes neufs et donner du courant, ça aurait marché en six mois maximum parce que ce n’est pas difficile, on achète les centrales, on les installe et on ajoute du mazoute, on produit du courant, il n’a pas opté pour cette solution, il a opté pour une solution à la fois écologiquement viable mais aussi à rendement durable, ce qui a été la réalisation du barrage de kaléta, aujourd’hui on ne peut pas dire que tout Conakry a le courant 24h/24, je ne suis pas quelqu’un qui aime jeter des fleurs mais il faut reconnaitre qu’il y a un effort réel visible sur le terrain qui fait que la desserte aujourd’hui est beaucoup plus améliorée que quelques années auparavent et c’est ce qui est important, cette amélioration va aller de l’avant, les travaux de souapiti qui sont en cours et qui sont très avancés malheureusement qui font très peu l’objet de publi-reportage mais qui sont très avancés, quand ces travaux vont finir et souapiti aussi va rentrer en action je vous garantis que les délestages seront de lointains souvenirs et ça sera du courant à la fois durable mais aussi écologiquement viable, voilà des approches de solutions qu’un décideur peut prendre lorsqu’il est en face de beaucoup de situations urgentes et durables et il y a les fondamentaux de l’Etat qui sont entrain d’être mis en place.

On sait que le président Condé ne s’est pas d’abord prononcé par rapport au troisième mandat mais qu’elle est la position du GPT si une telle éventualité se présentait ?

C’est un faux débat, moi, je crois que le guinéen devait plutôt se focaliser sur l’essentiel, l’essentiel pour moi c’est qu’on a encore trois ans à gouverner, le professeur a trois ans à gouverner, il a un pays à gouverner, il a un résultat à produire, que les gens arrêtent de rentrer dans un débat stérile, qu’est-ce que j’appelle débat stérile ? Modifiera-t-il la constitution? Ça n’a pas de sens en aucun cas le professeur Alpha Condé n’a dit qu’il a l’intention de modifier la constitution, je défie quiconque ni de façon écrite, ni de façon orale, je vais vous dire pourquoi il entretient ce flou à mon avis, se prononcer aujourd’hui clairement pour une modification ou pas de la constitution, ça entrainera à chacun des cas de figures une situation complexe à gérer pour lui, supposer qu’il ne se présente pas et qu’il ne modifiera pas la constitution, ça ouvre automatiquement, une guerre de succession à l’intérieur de sa famille politique, qui va assurer la relève après Alpha Condé ? ces contradictions qui vont naitre à l’intérieur de son parti seront un facteur de blocage par rapport à la réalisation de son projet de société pour produire des résultats dans un pays où on a besoin d’une équipe gouvernementale soudée et d’une formation politique soudée comme soutien, dire aujourd’hui qu’il ne sera pas candidat, c’est ouvrir la boite de pandore à l’intérieur de sa formation politique pour la guerre de succession ce qui fera des ravages internes et va être un facteur handicapant à l’intérieur même de son gouvernement, qui sait si l’un de ses ministres n’a pas des ambitions présidentielles? Dès qu’il va le dire ceux-ci vont se mettre dans la dynamique d’après Alpha Condé. Ça va plomber l’action de l’Etat, à mon avis s’il y a une qualité qu’il faut reconnaitre au professeur Alpha Condé, c’est que c’est un fin politique, il connait ce qu’il faut faire et ce qu’il ne faut pas faire. Le fait de ne pas se prononcer c’est vraiment l’une des stratégies les plus efficaces. Regardez ce qui se passe en côte d’ivoire, Alhassane Ouattara se prononce pour dire NON mais vous voyez ce qui se passe là-bas, tous les jours, c’est les mouvements de soutien à X ou à Y, des tensions s’installent de façon permanentes pour la relève de Ouattara. Le professeur Alpha Condé a très bien fait de refuser de se prononcer et de laisser les guinéens dans ce flou là.

Le parti GPT va-t-il présenter un candidat pour la présidentielle de 2020 ?

La présentation d’un candidat à une élection présidentielle, la décision d’aller à une élection présidentielle par une formation politique ou pas se décide en congrès, c’est le congrès souverain du parti qui sera organisé autour de 2020 qui se prononcera sur les deux questions essentielles. Est-ce que Docteur Ibrahima kassory fofana portera les couleurs du GPT ? Est-ce que le GPT ira aux élections présidentielles ? La réponse à ces deux questions relèvent de la souveraineté exclusive du congrès, aucun individu, même le président du parti n’a pas le droit de se prononcer sur ces questions qui sont souveraines au congrès.

Ces derniers jours, on a vu dans la presse des attaques et des contre-attaques entre l’UFR et vous. Qu’est-ce qui est à l’origine de tout cela ?

Nous avons aussi été très surpris par rapport à l’attitude de l’UFR, notamment sa cellule de communication qui est en France. Tout est parti de l’événement qui a été organisé au palais par les femmes de la ville de Conakry, l’événement qui avait pour titre la mobilisation des femmes de la ville de Conakry, pour parrainer l’évènement trois leaders politiques ont été conviés pour être les parrains de l’évènement: Sidya Touré de l’UFR, Kassory Fofana du GPT et Bah Ousmane de l’UPR. Les invitations ont été lancées, contrairement à toute attente, le jour de l’évènement monsieur Sidya Touré ne s’est pas présenté, il n’a pas envoyé de représentant, les deux autres présidents des partis politiques étaient présents. Vous les avez vus naturellement. Dans son discours, monsieur kassory fofana est revenu sur les actions du président de la république depuis son avènement au pouvoir jusqu’à nos jours. Deux jours après, la cellule de communication de l’UFR en France s’est fendu un communiqué qu’ils ont diffusé largement sur les réseaux sociaux dans lequel ils accusent le président kassory d’avoir fait la promotion d’un troisième mandat et d’avoir été démagogue et vont jusqu’à qualifier le président kassory et le président Alpha Condé de voleur, que c’est les oiseaux de même espèces qui s’en volent ensemble, quand nous avons eu connaissance de l’article en toute souveraineté et en toute responsabilité le parti s’est réuni en bureau exécutif, nous avons examiné l’article, nous avons voulu réagir, le président Kassory fidèle à ses valeurs républicaines nous a dit, vous ne réagissez pas pour le moment, vous écrivez un courrier officiel que vous adressez au président de l’UFR dans lequel vous lui dites de prendre position par rapport à cet article, est-ce que ça vient de lui ? Est-ce que ça vient de ses structures ? Est-ce qu’il condamne ? Est-ce qu’il approuve ou désapprouve? Ce qui a été fait avec une copie de l’article incriminée. Ca été envoyé à la fois dans leurs boites électroniques, dans leurs boites postales et copies express aussi au bureau du président Sidya Touré. Jusqu’à date, il n’y a eu aucune réaction. Evidemment, qui ne dit mot consent et mieux un second article a été publié dans lequel ils sont encore plus critiques vis-à-vis du président kassory, nous avons décidé en ce moment de briser le silence. Kassory peut avoir le dos large ne pas réagir, c’est normal mais nous au sein du GPT, nous refusons que les gens souillent l’honneur du parti et de son président. C’est en ce moment que nous avons sorti un communiqué histoire de rappeler que dans une république, il y a des règles et aussi qu’ils ne sont pas les seuls maitres de la langue de Molière.

Selon vous pourquoi on s’attaque au GPT ? Ou bien, c’est parce que d’aucuns disent que le président Alpha Condé pourrait soutenir kassory en 2020 au cas où il ne se représente pas ?  

Ecoutez, soutenir ou ne pas soutenir le GPT en 2020, c’est une question n’a jamais fait l’objet de concertation ou de réflexion au GPT pour l’instant mais ce qui est fondamental ce qui est démontrable ce que Sidya Touré a toujours eu du mépris pour kassory fofana. Il a toujours eu du mépris pour les cadres guinéens, cela s’explique même par les faits historiques. Le dernier article qu’ils ont sorti, ils sont partis jusqu’à dire que Sidya Touré s’était opposé à la nomination de Kassory comme ministre de l’économie et des finances en 1996 et dans le même article, ils soutiennent de façon contradictoire que kasory était l’un des proches parmi les proches de Lansana Conté alors si un cadre est proche parmi les proches d’un président a-t-il besoin d’un décret ministériel ? Je respecte le niveau de formation de monsieur Sidya Touré mais je suis désolé de l’informer qu’en Guinée, il n’est pas le seul meilleur cadre. Il y en a aussi d’autres meilleurs cadres. Il est important qu’il apprenne à comprendre qu’il n’est pas le seul meilleur cadre, qu’il arrête de regarder les gens de hauts, je crois qu’il a un mépris, un égo surdimensionné qui font que toute personne qui n’accepte pas de courber la tête devant lui, il le voit comme un ennemi (……..) tenez-vous bien monsieur Sidya Touré n’est pas opposé seulement à Kassory vous avez écoutez quelque temps après ses oppositions à Tibou Kamara, le ministre conseiller personnel du chef de l’Etat (…..)

Dans votre raisonnement vous vous focalisez sur les personnes. Est-ce que vous ne voyez pas vos oppositions du fait que vous partagez le même bastion électoral qu’est la basse côte ?

Ecoutez moi je ne vois pas la basse côte comme un gâteau à se partager, l’UFR est une formation politique, à chacun d’utiliser de ses arguments et de ses projets de société, de ses propositions concrètes pour la Guinée toute entière pour se faire un fief électoral mais je vous dis détrompez-vous, le GPT n’est pas un parti qui compte exclusivement sur la basse côte, le GPT est un parti aujourd’hui qui est entrain de travailler sur l’ensemble du territoire national afin d’être un parti national et transversal.

Quelle lecture faites de la crise à la CENI ?

Il y a deux faits qu’il faille relever par rapport à la crise à la CENI, est-ce que la Guinée veut régler le problème de la CENI à court terme ou à long terme, si nous voulons le régler à long terme, il faut se débarrasser de toute CENI politique, il faut aller vers une CENI technique, puisque à ce niveau on fait un appel à candidature pour tous les postes de l’institution. Les gens postulent selon les compétences. C’est comme ça que ça fonctionne au Ghana et dans d’autres pays du monde. C’est la solution à long terme. Mais à court terme, pour nous permettre d’avoir des élections dont tout le peuple attend, nous, au sein du GPT nous avions préconisé l’entente entre les deux acteurs pour nous éviter de se replonger dans une situation de chaos.

Ces derniers temps, nous avons constaté des déclarations à connotation ethniques que ça soit du côté du RPG arc-en-ciel ou du côté de l’UFDG. Qu’est-ce que vous en pensez ?

S’il y a une chose que nous condamnons et qui va en contradiction totale avec les valeurs à la fois des partis politiques, c’est l’appréciation basée sur l’ethnie. Nous considérons ces appréciations comme antipatriotique et même anti-démocratique. Je vais vous dire que le GPT intervient des fois à l’interne au niveau de notre alliance pour rappeler les uns et les autres à plus de responsabilité. Nous condamnons ces discours ethniques à la fois au sein du RPG mais aussi au sein de l’UFDG…..

Revenons-en sur les manifestations de rue qu’organise l’opposition pour exiger du respect de l’accord politique du 12 octobre 2016. Qu’elle est la position de votre parti ?                 

D’abord, il faut apporter certaines précisions, dans une république, la manifestation politique est un droit constitutionnel, c’est consacré par la constitution, aucune décision ne peut la modifier, la constitution est au dessus de tout dans un pays. Le pouvoir a l’obligation de respecter ce droit tout comme les acteurs politiques doivent jouir de ce droit en respectant les textes en la matière parce que chaque droit est assortit des mécanismes de mise en œuvre. Mais la question fondamentale qu’on doit se poser, ces manifestations là ont permis qu’elle avancée, quel est le résultat qu’on a obtenu après ? Est-ce qu’on ne pouvait pas obtenir ce résultat autrement ? Ce qui est aussi déplorable dedans, c’est aussi pacifique qu’a été cette manifestation, on a assisté à un cas de mort par accident…..

Votre mot de la fin ?

J’invite la jeunesse guinéenne à bien choisir entre ceux qui nous utilisent et ceux qui nous servent, ceux qui nous manipulent et ceux qui nous font confiance, ceux qui pensent que nous sommes des gens mal formés et incompétents et ceux qui sont conscients que certains sont bien formés et d’autres ne le sont pas, ceux qui ne le sont pas les accompagneront.

Merci M. Sow

C’est à moi de vous remercier

Une interview réalisée par Abdoulaye Maci Bah avec la collaboration de Yaya Bah pour Afrinews

Contact rédaction: +224 622 44 99 66 ou macibah83@yahoo.fr  




Laisser un commentaire