Guinée: sept candidats à la présidentielle menacent de boycotter le scrutin

180

Conakry- les sept candidats à l’élection présidentielle du 11 Octobre ont menacé ce lundi de se retirer du processus électoral si les conditions de transparence ne sont pas réunies, a appris Afrinews.org

C’est pour la première fois que les adversaires du président sortant se réunissent pour parler ensemble du processus électoral. C’était cet après midi en présence de: Cellou Dalein Diallo, Faya Millimono, Papa koly kourouma, Marie Madeleine Dioubaté, Lansana kouyaté, un représentant de George Gandhi Tounkara, et un représentant de sidya Touré.

Au sortir de ce huis clos, le chef de file de l’opposition a dit ceci à la presse:

‘’On s’est rendu compte qu’on a une convergence de vue sur l’état de la situation. La correction des anomalies sur le fichier est loin d’être terminée. Il y a six régions administratives dont les corrections ne sont pas entamées. Cela demandera du temps. La fixation de la date du 18 par les autorités et la CENI peut conduire à bâcler la correction de ces anomalies sans compter qu’on a mis en place une commission technique coordonnée par des experts internationaux qui n’a pas pu faire correctement son travail. Nous avons décidé de nous concerter, d’évaluer la situation et de prendre des décisions. A ce jour, nous sommes tellement préoccupés qu’on s’interroge sur l’opportunité même de continuer à participer à ce processus. Mais on n’a pas encore pris de décisions. Nous continuerons à nous concerter régulièrement pour évaluer les progrès accomplis dans le cadre de l’assainissement du fichier et dans le cadre de l’accomplissement de l’accord politique du 20 aout. Nous voulons tous aller aux élections, nous avons dépensé notre argent pour payer la caution des huit cent millions. Nous ne pouvons continuer à les accompagner dans ce processus sans nous assurer que les conditions d’un scrutin équitable et transparent soient réunies. Nous n’excluons pas de nous retirer du processus et de boycotter, mais pour l’instant cette décision n’est pas prise. Nous continuons la concertation et de suivre l’évolution de l’application de l’accord notamment de l’assainissement du fichier. Dans les jours qui viennent, nous prendrons notre décision’’.

Abdoulaye Maci Bah pour Afrinews

+224 622 44 99 66




Laisser un commentaire