Guinée: la préfecture de siguiri est-elle devenue une zone de non droit?

1114

Le phénomène de l’insécurité et de vindicte populaire prend de plus en plus de l’ampleur et continu de faire de victimes dans la préfecture de Siguiri, ce malgré les poursuites judiciaires engagées contre les présumés bandits et instigateurs de récents cas survenus, il y a quelques mois, dans cette localité, rapporte le correspondant de l’AGP sur place.

Le dernier cas en date a été enregistré samedi, 18 février 2017, à Djélikourou dans la sous-préfecture de Kintinian, où un homme accusé de vol de moto a été tué par une foule en colère.

Un jeune, mécanicien de profession, témoin de la scène et très choqué de l’acte, a succombé sur place suite à une crise cardiaque.

Une autre victime d’attaque à mains armées a été également enregistrée dans la même sous-préfecture, portant à trois le nombre de victimes au compte de la seule journée du samedi, 18 février.

Un observateur fait le récit des événements :

«C’est dans la ferveur de la prière de 14 heures, que deux jeunes désœuvrés et bien déguisés ciblent la grande Mosquée de Didi pour extraire, à leur manière, une moto TVS grand format de leur choix.

La prière finie, l’absence de la moto enlevée est constaté par Moussa Camara, le propriétaire qui, sur le champ, a réussi à appeler et alerter dans les villages voisins pour une recherche concertée.

A Djélikourou, cet appel suscite indignation et frustration des jeunes qui, massivement mobilisés, optent pour une embuscade à l’orée du village dans laquelle, tombent les deux délinquants n’ont identifiés.

Arrivés sur le lieu de l’embuscade, celui de derrière réussi à se sauver la vie, son associé qui pilotait la moto ne pouvait que subir le verdict populaire, malgré l’intervention de Moussa Keita, un jeune mécanicien de moto qui y trouve subitement la mort suite un arrêt cardiaque consécutif.

Pendant ce temps, trois orpailleurs se faisaient extorquer de tous leurs biens à des endroits différents par des groupes de bandits armés. Il s’agit de Manou Bala Camara et de Laye Kamissoko, respectivement de Kourouni et de Torokoro dans la même sous-préfecture.

Si ces deux premiers ont été sommés de céder leurs biens, le troisième, Soriba Coulibaly a été tiré à bout portant par ses agresseurs. Il a été transporté à l’hôpital préfectoral de Siguiri, où il a rendu l’âme quelques heures plus tard».

Selon le sous-préfet de Kintinian, Aliou Guissé, les victimes de braquage se sont vues dépossédées de la bagatelle de 105g d’or et près de 100 millions de francs guinéens.




Laisser un commentaire