Guinée: ‘’ l’opposition républicaine n’a pas de cerveau’’, dixit Dr Abdoulaye Diallo du MSD

64

Conakry- Le parti Mouvement pour la Solidarité et le Développement (MSD) était face à la presse ce samedi pour se prononcer sur l’actualité nationale. Au cours du point de presse, Dr Abdoulaye Diallo n’a pas fait de cadeaux à ses pairs de l’opposition. Il a également définit la position de son parti, a constaté sur place Afrinews.org

L’opposition menace d’organiser des manifestations de rue si le gouvernement ne diminue pas le prix du carburant à la pompe. Qu’en pense le président du MSD ?

‘’L’opposition républicaine nous a habitués à commencer ce qu’elle ne finisse pas et à accepter ce qu’elle a commencé à refuser. Pour nous, elle n’est pas fiable. Parce que pour tout organe, il faut une tête, un cerveau et des muscles. L’opposition républicaine n’a pas de cerveau, n’a pas de tête. Qui est le chef de l’opposition ? Il n’y en a pas’’, soutient-il.

Certaines voix s’élèvent pour exiger les états généraux de l’opposition. Dr Abdoulaye Diallo n’est pas du même avis:

‘’L’association des partis n’existe pas, si ce n’est qu’en Guinée. Nulle part dans le monde vous ne verrez qu’un bloc de parti agisse au nom de tous les autres. Nous, nous sommes un parti conservateur. Nous, c’est la famille qui nous intéresse. Nous reconnaissons Dieu. La liberté individuelle est le baromètre de notre réussite. Les libertés publiques, nous disons oui. On n’oblige personne à produire ou à consommer et à épargner. Et pour nous, c’est ça, la liberté individuelle. Donc, je ne vois pas en aucun moment comment nous allons nous associer à un parti politique dit ‘’libéral’’ qui ne reconnait pas Dieu et qui ne reconnait pas la société. Ou encore des partis qui se disent ‘’socialistes’’ et qui privilégient les ouvriers. Nous établissons des alliances avec un parti politique qui accepte notre programme de société et cela pour un mandat de cinq ans’’, précise-t-il.

Alors que l’opposition exige la recomposition de la Commission Electorale Nationale Indépendante (CENI), le MSD veut plutôt que le pouvoir dévolu à cette institution soit transféré au ministère de l’administration du territoire pour éviter les saignés financières:

‘’ Depuis notre existence, nous avons toujours rejeté la CENI. Pour nous, un ministère de l’administration du territoire suffit pour organiser les élections avec un gouvernement responsable qui a la confiance et l’autorité qu’il faut du peuple. Si non, une CENI inféodée au pouvoir et un ministre de l’administration du territoire inféodé, quelle est la différence ? La différence est que le ministre est moins cher que la CENI. Nous allons perdre près de 700 milliards pour organiser les élections communales alors que si c’est le ministre on ne va pas perdre tout ça.’’, conclut-il.

Le MSD ne participera pas aux élections tant que les conditions de transparence ne seront pas réunies, rassure le conférencier.

Abdoulaye Maci Bah pour Afrinews

+224 622 44 99 66




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *