Guinée: Pourquoi l’espoir suscité vire-t-il au désespoir ? (opinion)

260

La victoire en 2010 du candidat du RPG Arc-en-ciel, Alpha CONDE a entrainé une liesse populaire et un enthousiasme sans précédent chez le peuple de Guinée. Le changement annoncé par le vainqueur de ces premières élections véritablement démocratiques commence à devenir chimérique.

Pour beaucoup de guinéen l’arrivée de ce patriote qui a consacré plus de quarante longues années de sa vie au combat politique, serait la fin d’une période d’incertitudes et d’errements tant politiques qu’administratifs. Cela ne se produirait pas comme sous l’effet d’une baguette magique mais, le choix des hommes pour l’accompagner dans sa mission aurait été judicieux. Mais hélas loin s’en faut, on assiste à une autre descente en enfer qui sclérose et obstrue toutes les bonnes intentions du Président Alpha CONDE.

Aujourd’hui il faut reconnaître que la cote de popularité du chef de l’Etat a dégringolé de façon extraordinaire. On se demande réellement ce qui ne va pas pour que cet ambitieux programme ne puisse pas assouvir l’attente des populations. La raison est toute simple. On doit se poser la question de savoir si les hommes choisis par le président de la république partagent-ils réellement ses ambitions politiques ? Si oui, sont-ils réellement à la hauteur de la confiance placée en eux ? Ont-ils la compétence requise pour leur fonction ? Ces réponses pourraient facilement permettre de découvrir le goulot d’étranglement qui empêche la machine gouvernementale de tourner au rythme qu’il faut.

Le Président Alpha CONDE doit revoir sa troupe car, elle comprend des officiers et des hommes de troupe qui naviguent à courant contraire. Il ya des ministres qui posent des mesures impopulaires qui irritent le courroux des populations. On peut citer :

  • Le ministre de la fonction publique qui s’enlise dans une réforme mal maitrisée devenue un véritable casse-tête pour son département. Depuis plus de deux ans il s’affaire autour d’un fichier qu’il n’arrive pas à assainir.Et contre toute attente il déclare qu’il n’a jamais été question d’une augmentation de salaire des fonctionnaires. Et la gymnastique à laquelle il s’est livré a produit plus de déçus dans les rangs des fonctionnaires. Sékou Kourouma et ses hommes sont–ils en train de nuire au Pr. Alpha CONDE à travers leur incompétence ou maladresse ? Annoncée avec pompe, cette augmentation de salaire a fait que les concessionnaires ont gonflé les loyers, les prix ont galopé sur le marché et le pouvoir d’achat du très malheureux fonctionnaire guinéen s’est effondré systématiquement.
  • Les travailleurs se demandent aujourd’hui sur la portée des promesses tenues par le syndicat et même par l’exécutif pour mettre fin à leur revendication. Une revendication syndicale vise toujours une amélioration des conditions de vie des travailleurs dans laquelle le salaire occupe une large partie. Si maintenant Sékou Kourouma nie d’emblée cette évidence il y a lieu d’avoir peur d’un tel ministre qui d’ailleurs est incapable d’envoyer les retraités à la retraite
  • Aux affaires étrangères le népotisme et le copinage sont de mise. Quand l’opposition entre le ministre et son secrétaire général est aussi viscérale au point que les deux ne se saluent pas comment notre diplomatie pourrait-elle rayonner ? ce qui justifie aujourd’hui cette offensive diplomatique du chef de l’Etat qui se substitue ainsi à son ministre des affaires étrangères.
  • Au ministère des finances, les dossiers sont traités au pas d’escargot. Il y a une telle lenteur administrative dans ce département que lorsque vous avez un dossier à retirer, il faut une nouvelle paire de souliers. Et pendant ce temps vous n’aurez plus besoin d’aller dans les salles de gymnase, les marches des escaliers vous suffiront amplement. A quoi est due cette lenteur à l’incompétence du ministre ou à l’existence d’un réseau de sabotage pour décourager les citoyens ? Cela mérite d’être tiré au claire
  • L’insécurité est devenue endémique dans notre pays, les cas de Coyah et Nzérékoré sont illustratifs. Les populations vivent dans une angoisse permanente ; les coupeurs de route pendant les voyages et les malfrats au cours des sommeils. On se demande alors à quel saint se vouer.
  • Au ministère de l’enseignement pré-universitaire, la situation est catastrophique. L’embarras du chef de département est total, de jour en jour il prend des mesures qui affectent négativement le système très éprouvé depuis sa prise de service. On se demande s’il connait réellement son impopularité dans ce département. Depuis son cabinet jusque dans les plus petits villages du pays.
  • Dans l’ensemble, nos chefs de départements n’aiment pas communiquer, ils arborent un mutisme intégral vis-à-vis des populations. Et on dit que le manque d’informations crée la confusion alors veulent-ils nuire au chef de l’Etat ?

C’est l’ensemble de ces facteurs qui crée aujourd’hui un sentiment de frustration et de révolte chez les citoyens qui attendent de voir leur condition de vie améliorée. Une révision de troupe est nécessaire pour permettre au président de la république, de réaliser ses nobles ambitions de développement du peuple. On ne cessera jamais de le dire : L’homme qu’il faut à la place qu’il faut. Il en a toujours été ainsi, et il le sera pour toujours.

On ne peut pas faire des omelettes sans casser les œufs.

Awatoun….!

Par Lonceny Deen

666 08 35 26

Source: actuconakry.com




Laisser un commentaire