Guinée: la Présidente de la HAC « destituée » de ses fonctions

53

CONAKRY-Rien ne va plus à la Haute Autorité de la Communication (HAC) en Guinée. Neuf commissaires sur les onze que compose l’Institution ont « retiré leur confiance à Madame Martine Condé en tant que Présidente de la HAC » et ont décidé « à compter du 23 mars 2016 de ne plus la reconnaître comme Présidente de l’Institution ». Toutefois, elle reste commissaire à la HAC au titre du Président de la République, a constaté sur place Africaguinee.com.

La présidence par intérim de la Haute Autorité de la Communication est désormais assurée à compter de ce vendredi 25 mars 2016 par Monsieur Abdourahimi Bah, commissaire à la HAC au titre du conseil Supérieur de la Magistrature, doyen d’âge des commissaires.

Les neufs commissaires reprochent à la présidente déchue de prendre des décisions unilatérales en violation de la loi. Ils accusent également à madame Martine Condé d’être la seule responsable de la paralysie qui gangrène l’Institution.

« Depuis 3 mois, aucune des décisions prises par Madame Martine Condé au nom de la HAC n’a été soumise à la plénière. Toutes ses décisions ont été prises unilatéralement en violation flagrante des dispositions de la Loi organique L/003  du 23 juin 2010 et du règlement intérieur », a lancé Alpha Kabinet Keita, le porte-voix des commissaires.

« Madame Martine Condé est la seule responsable de la paralysie de l’institution depuis le 6 janvier 2016 », a ajouté le commissaire, accusant encore l’ancienne Présidente d’être coupable de « falsification des règlements intérieurs de l’institution et d’abus de Pouvoir »

Par ailleurs le sieur Nfa Ousmane Camara, représentant du Ministère des postes et télécommunications et de l’Economie Numérique a été démis de ses fonctions de commissaire à la HAC pour cumul de fonctions, en violation de l’article 13 de la Loi Organique du 23 juin 2010.

Il faut toutefois noter que ces neufs commissaires risquent de se buter à un obstacle. Pour donner la légitimité au nouveau président qui sera élu dans les 30 jours qui suivent, il faut que le Président Alpha Condé signe un décret pour entériner l’élection. Ce qui semble tout à fait improbable d’autant plus que c’est son représentant qui a été évincé.

Et ça, le Président par intérim en est bien conscient : « Nous allons saisir le Représentant du Président de la République en charge des relations avec les institutions républicaines pour le Chef de l’Etat appose son saut avec un décret pour ajouter la légalité à la légitimité », a lancé le doyen Abourahimi Bah.

Voici les noms des neufs commissaires qui ont évincé Martine : Abourahimi Bah, Alpha Kabinet Keita, Hawa Camille Camara, Ibrahima Sory Sylla, Joachim Baba Milimono, Mory  Fofana, Ousmane Camara, Oumar Yacine Bah, Sékou Tidiane Camara.

source: Africaguinee.com




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *