Guinée: la police épinglée sur des présumés cas de viol

97

police hamdallayeConakry- Lors des dernières manifestations de rue à l’appel de l’opposition dite républicaine, les policiers déployés sur le terrain pour le maintien de l’ordre se sont illustrés par des violations massives des droits de l’homme. Certaines voix parlent même de trois filles violées, a appris Afrinews.org

S’exprimant devant ses militants le samedi 16 mai à l’Assemblée hebdomadaire de son parti à la minière, Cellou Dalein affirme que le bilan des violences exercées sur leur militant depuis le début des manifestations le 13 avril dernier est de 5 morts dont 1 à Labé, 48 blessés par balles et trois femmes violées.

A l’en croire, il détiendrait toutes les preuves de ces cas de viol. Parmi les filles violées, une petite qui était sortie de l’établissement scolaire qui a été attaquée. Ils l’ont isolée dans un coin pour la violer, révèle-t-il.  

Si ces informations se confirment, ce serait très grave, car en Guinée les forces de défense et de sécurité sont des coutumiers des faits. Le 28 septembre 2009, au stade de Conakry, 157 opposants ont été froidement abattus, plus de 100 femmes violées et des portés disparus alors qu’un rassemblement était organisé contre une éventuelle candidature du chef de la junte de l’époque (Capitaine Moussa Dadis Camara) à la présidentielle.

L’opposition avait appelé à manifester contre l’inversion du calendrier électoral fixant les communales en mars 2016 alors que la présidentielle est prévue le 11 octobre prochain.

Abdoulaye Maci Bah pour Afrinews

+224 622 44 99 66




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *