Guinée: jeunesse et immigration clandestine, tendances et conséquences

60

Conakry- ‘’jeunesse et immigration clandestine en Afrique, tendances, conséquences et spéciale focus sur le cas guinéen’’, tel était le thème d’une conférence débat organisée ce samedi 1er octobre 2016 à la Blue zone de Sonfonia, dans la commune de Ratoma, a pris part un journaliste de votre quotidien en ligne Afrinews.org

Cette rencontre intervient dans un contexte où des milliers de jeunes meurent dans la mer méditerranéenne en tentant de rejoindre l’Europe dans l’espoir de gagner une meilleure existence au péril de leur vie.

Selon Ahmed Tidiane Bah de la structure TIBA COM, organisateur de l’évènement, les jeunes doivent prendre leur responsabilité en main  

‘’Il y a une nécessité aujourd’hui de se dire en face qu’il y a un problème. Et ce problème doit être pris au sérieux par chacun de nous. Nous, les jeunes, il faut qu’on sache que cette pratique n’est pas la bonne. Mais, il faudrait aussi qu’on amène nos autorités à s’intéresser aux questions d’emploi des jeunes’’, dit-il en s’adressant à l’auditoire

De son côté, pour l’ancien ministre délégué aux guinéens de l’étranger, Lucien Guilao, la problématique de l’immigration doit être analysée sous trois angles: ‘’Tout d’abord, le départ, quand les jeunes ne sont pas formés, ils n’ont pas d’emploi, ils sont toujours tentés par l’exil parce que pour eux, c’est la seule alternative. Ensuite, le séjour à l’étranger, celui qui vit à l’étranger par définition, « c’est quelqu’un qui est trop fragile même s’il a tous ses documents de voyage. Il doit s’adapter à la nouvelle vie. Et si la personne est allée dans l’illégalité, là, c’est plus grave parce qu’il y a le chômage, même s’il travail, il est moins payé ». Enfin, il y a le retour volontaire ou forcé. Ce qui est d’actualité’’, fait-il remarquer.

La semaine dernière, huit guinéens en situation irrégulière ont été rapatriés de la Belgique par un vol spécial. D’autres pourraient suivre dans les prochains jours.

Aux dires des participants, le manque d’espoir des jeunes lié à la problématique de l’’emploi, l’inadéquation entre la formation et le marché de l’emploi et la mal formation des diplômés sont aujourd’hui les fléaux qui favorisent cette immigration risquée à tout prix.

Parlant toujours de l’immigration, Pr Amadou Kore BAH doyen de la faculté des sciences économiques de L’université de sonfonia et Pépé Guilavogui, chargé de Communication du projet Booster les compétences diront que ce phénomène en tant que tel n’est pas mauvais pour vu qu’elle se fasse dans les conditions requises. Ils ont pris l’exemple sur le cas de l’Amérique où ce sont des populations immigrées qui ont formées cet Etat. Ils ont également proposé des solutions au niveau des institutions dont-ils sont issues pour résoudre la problématique du chômage, qui est un facteur pas le moindre pour lutter contre ce fléau.

La conférence s’est terminée par le témoignage d’un jeune guinéen rentré du Maroc après plusieurs mois passés dans la forêt dans des conditions inhumaines. Parti à la recherche du bonheur, ce diplômé de l’université de sonfonia dit avoir tombé dans les mains des passeurs qui l’ont escroqué 3 mille euros sans arriver à destination. Une fois de retour au bercail, il s’est marié, s’est-il réjouit.

A rappeler que cet échange s’est déroulé en présence du jeune député Habib Baldé et de l’humoriste Mamadou Thug.

Abdoulaye Maci Bah pour Afrinews

+224 622 44 99 66                    




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *