Guinée: la garde présidentielle ‘’brutalise’’ violemment un journaliste

113

Conakry- un journaliste collaborateur de plusieurs medias guinéens s’est vu tabassé violemment ce samedi 25 juin au siège du RPG arc en ciel par un agent de la garde présidentielle alors qu’il prenait une photo du président Alpha Condé avec ses militants, a appris Afrinews.org

Interpellé, puis conduit à la présidence de la république avant d’être libéré grâce à une intervention du journaliste de la RTG détaché au près du Bureau de presse, notre confrère Abdoul Malick Diallo témoigne:

“Après le discours du président de la république, les gens se bousculaient au portail pour sortir, le chef de l’Etat était déjà dans son véhicule; j’ai profité pour traverser la route et faire face au siège afin de prendre une image du président avec la foule. Subitement, un militaire est venu vers moi pour me demander qui suis-je? Je lui ai dit que je suis journaliste en lui montrant mon badge. Il m’a dit de lui donner la caméra pour supprimer l’image. Je lui ai proposé de lui montrer l’image et si elle la juge compromettante, je la supprime. Le temps pour moi de sortir l’image, il a retiré la caméra avec la force. Il a voulu partir avec elle, je lui ai dit que cela ne marchera pas comme ça. Après une vive altercation, il a enlevé la carte mémoire mais j’ai réussi à récupérer l’appareil. Il a tenté d’aller avec ma carte mémoire, je lui ai signifié que s’il ne la rend pas, je ne vais pas quitter derrière lui. Quelque temps après, d’autres militaires sont venus en m’insultant. Je leur ai dit que c’est ma carte mémoire qui m’intéresse. C’est ainsi qu’ils m’ont embarqué avant de me faire descendre. Après de chaudes disputes, le militaire a donné la carte mémoire à un gendarme. J’ai dit à ce Monsieur que je suis journaliste et il a immédiatement rendu la carte au militaire. Ils m’ont embarqué de nouveau dans leur pick-up pour aller à la base des forces spéciales qui se trouve à la présidence de la république. Avant d’arriver là-bas, ils me proféraient des injures et certains me menaçaient.

A notre arrivée, ils m’ont insulté de nouveau. Lorsqu’ils m’ont demandé de m’expliquer, un agent de la garde rapprochée du président Alpha habillé en civil m’a donné un coup violent au côté gauche de la poitrine. Je suis tombé et évanoui. Lorsque je me suis retrouvé, j’ai vu devant moi le doyen Karim Condé du bureau de presse de présidence qui m’a aidé à retrouver ma carte mémoire. Le coup que j’ai reçu à la poitrine m’a rendu malade, même la tête me fait mal”, nous-a-t-il raconté.

Aux dernières nouvelles, un communiqué conjoint des associations de presse devrait incessamment tomber pour condamner l’acte.

Abdoulaye Maci Bah pour Afrinews

+224 622 44 99 66




Laisser un commentaire