Guinée: ‘’admettons que le gouvernement a lamentablement échoué avec Ebola » (opinion)

126

Avec la permission des spécialistes du droit constitutionnel, l’ETAT se défini comme étant une communauté d’hommes fixé sur un territoire propre qui possède une organisation, d’où résulte une puissance d’action de commandement et de coercition. Historiquement, quand l’homme a pris conscience de la nécessité absolue d’organiser sa vie sociétale, il s’est avéré que l’homme devait renoncer à une partie de ses pouvoirs naturels au profit de l’Etat pour ordonner, harmoniser, sécuriser notre existence.

C’est dans ce contexte que nous avions pensé à la création de la règle de droit pour harmoniser notre société.
En effet, aucune société tant en période normale qu’en période exceptionnelle, n’échappe à la règle de droit, en période exceptionnelle les spécialistes du droit administratif diront qu’il faut les mesures exceptionnelles justifiées par la conjoncture du moment, en période normale, les règles ordinaires en respectant toutes les procédures, mais le dénominateur commun à toutes ces règles, c’est l’intérêt général.
Depuis presque deux ans, notre pays la Guinée est frappé de plein fouet par la fièvre hémorragique Ebola (avec la permission des médecins, elle fait partir des maladies émergentes en médecine), qui veut dire les nouvelles maladies non encore curable. De ce jour à maintenant, la même maladie continue à ravager les vies humaines en Guinée par l’incompétence accrue de l’exécutif, je rappelle d’entrée du jeu que le cas était plus grave au Libéria qu’en Guinée, officiellement à date l’organisation mondiale de la santé a déclaré environ deux mois le Libéria comme une zone désormais fréquentable où Ebola n’existe plus.
En quoi d’un point de vue juridique, l’Etat guinéen est incapable pour la gestion de cette maladie?
Je rappelle ,que l’OMS (l’Organisation Mondiale de la Santé) avait déclaré la fièvre hémorragique Ebola comme étant une maladie hors contrôle, les nations unies avaient déclaré la même maladie comme une menace pour la paix et la sécurité internationale, l’état d’urgence sanitaire mondiale avait été décrété, certains pays comme le Sénégal avait fermé ses frontières avec notre Guinée natale, par ce qu’il avait pris conscience du danger de cette maladie, dans un pays à dominance musulman comme le notre, l’Arabie Saoudite ayant pris conscience du danger de la maladie a refusé les visas pour les pèlerins guinéens malgré les liens séculaires existant entre les deux pays depuis la première république sous la clairvoyance du feu Ahmed Sekou Touré (le père de notre indépendance), les créateurs pour la jeunesse, je veux ici nommer les entreprises telles que Rio Tinto, BHP Billiton, société des mines de fer de Guinée ont procédé à des congrès techniques débouchant ainsi sur une baisse drastique de production, donc pas de poste à pourvoir. Le FMI (Fond Monétaire Internationale) avait suspendu toutes ses missions sur la guinée Conakry à cause des recommandations de l’OMS. Toutes ces corrections et son cortège de honte infligés aux guinéens comme de vulgaire imbécile à cause d’Ebola.
Donc à partir du moment où l’état d’urgence sanitaire mondiale avait été décrété, le président de la république de Guinée Conakry avait décrété le même état d’urgence, il était question en bon droit d’interdire toute manifestation, mettre à la disposition des services sanitaires des hommes armés justifiés par l’intérêt supérieur du pays qui passe avant tout autre considération, même religieuse. Je rappelle ici avec la permission des spécialistes du droit publique, qu’on ne peut porter atteinte à la liberté d’aller et de venir d’une personne en France conformément à la norme référentielle qu’est la constitution. Mais il y a un célèbre arrêt en France où un préfet avait interdit pendant la guerre que les T.S (travailleuses de sexe) ne circulent dans les rues. Comme la France est un pays de droit, elles ont intenté une action en justice pour demander sur la base d’un recours pour excès de pouvoir réparation, mais le conseil a approuvé la décision du préfet, par ce que la circulation excessive de ces femmes pendant la guerre souvent habillées de façon immorale était de nature à détourner la force publique à leur mission régalienne de défense de l’intégrité du territoire (ici on a mis l’accent sur la période exceptionnelle, mais aussi sur le caractère sérieux de l’intérêt général c’est à dire de la France). Ceci n’est qu’un exemple pour démontrer en quoi les circonstances exceptionnelles sont gérées par des mesures exceptionnelles.
Notre gouvernement osons le dire a été incapable, laxiste et insoucieux de l’intérêt général.
Si le gouvernement avait fait une saine application des mesures exceptionnelles comme dit en droit, notre pays serait sans Ebola.
Tous les jours, j’entends à la télé sensibilisation, quand notre économie est entrain de s’affaiblir, quand la période du pèlerinage s’approche, restez inconséquent et laxiste, le peuple retiendra de votre gestion, pendant deux ans: les guinéens ont été interdis d’aller à la Mecque.
La sensibilisation ne peut rien faire contre Ebola, l’urgence ne se définit pas elle se constate, dans un pays à dominance analphabète, 24 ans de laisser -aller sous la seconde république, pensez-vous que c’est la sensibilisation? Vous vous trompez, la sensibilisation doit céder sa place à la répression. Deux ans de sensibilisation pour quel résultat? Quel gâchis? D’autres même souffrant du sous développement mental disent qu’Ebola est politique, oui ils ont raison par ce que votre gouvernement s’est amusé dans la gestion Ebola.
oui, ils ont raison de ne pas croire, par ce que vous déclarez l’urgence, et on voit les attroupements à longueur de journée, les manifestations au palais ont repris au vu et au su de tout le monde, l’urgence donc dans votre langage de gestion doit accouché l’amusément, où se trouve le caractère sérieux de votre déclaration?
Je rappelle que l’article 15 de notre constitution dispose: chacun a droit à la santé et au bien être physique. L’ETAT a le devoir de les promouvoir, de lutter contre les épidémies et les fléaux sociaux. La même constitution rend le président garant de la santé publique.
Ce n’est pas les dollars investis ou les sensibilisations qui ne produisent aucun résultats escomptés ou les voitures qui apparaissent à la télé qui sortiront la guinée de cette situation, mais c’est la théorie du droit administratif: circonstances exceptionnelles et mesures exceptionnelles.
Jusqu’à aujourd’hui, les violences continuent à l’endroit des personnels soignants, ce qui prouve à suffisance que l’impunité engendre la récidive, et que vos premières stratégies ont échoué.
Si la sensibilisation était la solution, il n’aurait pas eu l’incident de womey, ni de coyah, c’est honteux de voir pendant deux ans que nous soyons incapables de bouter Ebola hors de nos frontières.
J’assume les conséquences de mon écrit.
Mettez de côté, vos opinions politiques, que ce soit de l’opposition ou de la mouvance, admettons que le gouvernement a lamentablement échoué avec Ebola

Par Fodé Keïta

Juriste et analyste




Laisser un commentaire