Grève générale et illimitée en Guinée: les centrales syndicales accusent le gouvernement….

34

L’intersyndicale constituée par la Confédération générale des travailleurs de Guinée (CNTG) et de l’Union syndicale des travailleurs de Guinée (USTG), s’est félicité lundi après-midi du suivi du mot d’ordre de grève générale illimitée par les travailleurs des secteurs public, mixte, privé, informel et retraités, tout en déplorant des « manœuvres de diffamation, de diversion et de désinformation », du gouvernement dans le but est de tuer le mouvement.

Dans une déclaration rendue publique ce lundi après-midi, l’inter centrale syndicale s’est réjouie du « caractère pacifique » de la grève déclenchée pour protester contre le refus du gouvernement de baisser les prix du carburant à la pompe.

Les syndicats font remarquer que la grève s’est passée sans violence même si quelques incidents ont été enregistrés dans certains quartiers de la capitale, dans la matinée.

Les syndicats n’ont toutefois pas manqué d’attirer « l’attention des travailleurs sur le fait que l’obstination de la partie gouvernementale à ne pas céder sur le prix du carburant qui n’est qu’un élément de notre plateforme revendicative », pourrait conduire à une grève qui va être « difficile. »

Cela doit exiger de la part des travailleurs « d’immenses sacrifices et plus de détermination pour résister à la politique d’usure», prévient le mouvement syndical.

A cette allure, la grève risque « d’être longue », à en croire toujours les syndicats dans leur déclaration ajoutant que l’épreuve ne pourra être franchie sans «l’engagement et la détermination » de tous les travailleurs de Guinée. »

Dans des villes comme Labé, N’Zérékoré, Mamou, Siguiri, Fria, Boké, les activités ont été paralysées avec pour conséquence la fermeture des commerces ainsi que des écoles et les banques, rapportent des sources contactées par APA.

Ces dysfonctionnements prouvent que le mot d’ordre du mouvement syndical a été suivi malgré la tentative du parti au pouvoir de faire échouer la grève, à travers un appel lancé nuitamment par le canal des médias d’Etat invitant les travailleurs de l’administration publique et privée à rejoindre leurs lieux de travail ce lundi.

Des interpellations ont été opérées dans les rangs des manifestants, selon des sources sécuritaires.

APA




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *