Fusillade près de Washington: des blessés, dont un élu républicain

38
Steve Scalise, député pour la Louisiane à la Chambre des représentants, est dans un état grave. Donald Trump a annoncé la mort du tireur.
Une fusillade sur un terrain de sport fréquenté par des élus du Congrès américain a fait cinq blessés, mercredi 14 juin, dont un chef de file du Parti républicain à la Chambre des représentants, Steve Scalise, selon la police d’Alexandria, dans l’Etat de Virginie.
  • Qui sont les blessés ?

Steve Scalise est représentant des Etats-Unis pour la Louisiane et actuellement whip (numéro trois dans la hiérarchie de la chambre basse du Congrès, chargé de la discipline de parti) de la majorité républicaine à la Chambre. Il est dans « un état critique », selon l’hôpital qui le soigne. Il a été blessé à la hanche et a subi une opération. Plus tôt dans la journée, le président américain avait indiqué sur Twitter qu’il « s’en remettra[it] totalement ».

Quatre autres personnes ont été blessées : Zachary Barth, conseiller du représentant du Texas Roger Williams, Matt Mika, un lobbyiste qui se trouve dans un état grave, selon sa famille citée par une chaîne locale du Michigan, dont il est originaire, ainsi que deux agents de la police du Capitole.

  • Qui est l’assaillant ?

Le tireur, identifié comme étant James Hodgkinson, est décédé des suites de ses blessures, quand la police a riposté à ses tirs, a fait savoir le président Trump dans l’après-midi.

Plusieurs médias, dont le New York Times, rapportent que le suspect, un homme de 66 ans, était l’un des partisans de Bernie Sanders. Une information qui a poussé l’ancien candidat à la primaire démocrate et chef de file de la gauche américaine, à dénoncer mercredi un « acte abject ». « Je viens d’apprendre que le tireur présumé (…) avait apparemment proposé ses services lors de ma campagne présidentielle, a déclaré le sénateur dans un communiqué. (…) Toute forme de violence est inacceptable dans notre société et je condamne cet acte en les termes les plus fermes. »

Le tireur est originaire de Belleville, dans l’Illinois, une banlieue de St Louis, ville de l’Etat voisin du Missouri. Sa femme a toutefois affirmé sur la chaîne ABC News qu’il vivait à Alexandria depuis deux mois.

Ses messages sur les réseaux sociaux montrent son opposition au président républicain Donald Trump. Son frère Michael a confié au New York Times qu’il n’était « pas content de la manière dont les choses fonctionnaient, les résultats de l’élection et tout ça ». « Trump a détruit notre démocratie. L’heure est venue de détruire Trump et compagnie », a-t-il écrit en mars sur sa page Facebook. C’est ce mois-là que l’homme est venu à Alexandria, où il dormait dans son véhicule, a expliqué un agent.

  • Que s’est-il passé ?

La fusillade a eu lieu vers 7 heures, heure locale (13 heures en France), à Alexandria, au Eugene Simpson Stadium Park, où l’équipe de baseball républicaine s’entraînait depuis des semaines, au petit matin, en vue du match annuel, prévu jeudi, à Washington entre une équipe républicaine et une équipe démocrate, une tradition organisée depuis 1909.

Selon les témoignages des élus, deux officiers de sécurité de la police du Capitole ainsi qu’un ou plusieurs collaborateurs parlementaires ont été blessés. Le républicain Roger Williams a confirmé qu’un de ses collaborateurs avait été blessé.

Les parlementaires ont raconté une scène d’une extrême violence, des dizaines de balles ayant été tirées au cours de la fusillade, qui n’a pris fin qu’avec les tirs de riposte des officiers de la police du Capitole qui étaient sur place. « Il aurait tué tout le monde » sans les policiers, selon le sénateur Rand Paul sur la chaîne CNN. « Sans eux, cela aurait été un massacre. »

« J’étais sur le terrain et j’entends “bam !”, je me retourne et je vois un fusil sur la troisième base (…) J’entends un autre “bam !” et je réalise qu’il s’agit d’un tireur. Au même moment j’entends Steve Scalise pousser un cri. Il a été touché (…) L’arme était un semi-automatique et il a continué à tirer sur différentes personnes », a raconté l’élu de l’Alabama Mo Brooks sur CNN.

Selon le sénateur Rand Paul, qui était également sur le terrain, Steve Scalise, blessé, se traînait sur le sol après avoir été touché pour tenter d’échapper au tireur, qui continuait apparemment à cibler plusieurs personnes. Dans un état stable, il était opéré dans un hôpital de Washington, a annoncé son bureau.

Les policiers chargés de la sécurité du Capitole ont répliqué avec leurs armes de poing. Le suspect a été appréhendé et les cinq personnes blessées emmenées à l’hôpital.

Le président a salué mercredi soir l’intervention de la police : « De nombreuses vies auraient été perdues sans les actes héroïques des deux policiers qui ont mis le tireur hors d’état de nuire (…) durant cette attaque très très violente. »

  • Quelles sont les réactions politiques ?

Donald Trump a appelé le pays à « l’unité », tout comme l’homme fort du Congrès et chef de file des républicains Paul Ryan et la représentante de la minorité démocrate Nancy Pelosi. Tous les votes prévus mercredi à la Chambre des représentants ont été annulés. Les parlementaires se sont rassemblés dans une salle, priant et se tenant les mains.

Les élus démocrates, partisans d’un renforcement de la législation sur les armes, étaient réticents à rouvrir immédiatement ce débat. Ils se sont contentés, comme lors des innombrables fusillades passées, de dénoncer « la violence insensée par armes à feu ».

Mais la droite pro-Trump a dénoncé, à l’instar de Newt Gingrich, ancien « speaker » de la Chambre, « une hostilité croissante de la gauche ». « On a dit aux gens que c’était acceptable de haïr Trump, acceptable d’assassiner Trump », a-t-il regretté sur Fox News, dans une allusion à la polémique suscitée par une production new-yorkaise de la pièce Jules César de Shakespeare, dans laquelle le dictateur assassiné ressemble au président américain.

lemonde.fr




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *