Égypte: Sissi remporte la présidentielle avec 93,3% des voix, selon des sources judiciaires

37

Il n’y avait aucun suspense. Abdel Fattah al-Sissi a très largement remporté l’élection présidentielle égyptienne, avec plus de 90 % des voix, selon des sources judiciaires. La participation au scrutin est néanmoins faible.

Selon des sources judiciaires, Abdel Fattah al-Sissi, l’ex-chef de l’armée égyptienne, a recueilli 93,3 % des suffrages exprimés lors du scrutin qui s’est étalé sur les trois derniers jours. Il remporte donc la présidentielle devant le candidat de gauche Hamdine Sabahi, son unique adversaire, qui n’obtiendrait que 3 % des voix. Les bulletins nuls représenteraient 3,7 %, selon les calculs du mercredi 28 mai, alors que les opérations de dépouillement étaient quasiment terminées.

Les partisans de Abdel Fattah al-Sissi ont fêté sa victoire dès que les premiers résultats ont commencé à circuler dans les rues du Caire. Ces derniers ont lancé des feux d’artifice, brandi des drapeaux égyptiens, en klaxonnant dans les rues bondées de la capitale. Un millier de personnes ont ainsi convergé vers la place Tahrir, où des vendeurs proposaient des figurines en habits militaires.

Faible participation et soupçons de fraude

Malgré cette écrasante victoire, le faible taux de participation, estimé à 44,4 %, pourrait peser sur la légitimité de Abdel Fattah al-Sissi, artisan du coup d’État qui a renversé en juillet dernier le premier président démocratiquement élu, Mohamed Morsi.

Soucieux d’un soutien populaire massif, Abdel Fattah al-Sissi avait appelé les Égyptiens à voter. Mais les Égyptiens n’ont guère montré d’empressement mercredi à se rendre aux urnes lors de la troisième journée de scrutin, ajoutée au dernier moment pour tenter de convaincre les abstentionnistes.

Dans un pays divisé depuis la révolution qui a renversé Hosni Moubarak en 2011, l’abstention est imputée à un mélange d’indifférence politique et d’opposition à revoir un militaire au pouvoir. Le mécontentement des jeunes face à la restriction des libertés publiques est également cité, de même que les appels au boycott des islamistes, cibles d’une vaste opération de répression.

Le directeur de campagne d’Hamdine Sabahi a quant à lui déclaré qu’il y avait eu des fraudes. « Jusqu’à hier le taux de participation était bien plus bas que ce qui a été annoncé aujourd’hui. Et d’un seul coup, le taux de participation atteint 46 % ‘ », s’est ainsi interrogé Hossam Moanes.

Jeuneafrique.com




Laisser un commentaire