Contentieux électoral et stratégie politique en Guinée: Cellou Dalein plus que jamais isolé

40

Conakry- le candidat malheureux de l’UFDG à la présidentielle du 11 octobre dernier semble de plus en plus abandonné par ses pairs de l’opposition dans la lutte politique qu’il entend mener pour dit-on dénoncer ‘’la mascarade électorale’’ dont-ils seraient victimes de la part de la CENI et de l’administration, a constaté Afrinews.org

Dans une communication faite devant des journalistes avant la publication des résultats globaux provisoires par la CENI, le principal adversaire du président sortant, Alpha Condé avait clairement dit qu’il ne reconnaitrait pas les résultats de cette élection mais aussi qu’il ne déposerait pas de recours devant la cour constitutionnelle. L’opposant a appelé au calme tout en laissant entendre qu’il appellera le moment venu les six autres candidats et ses partisans à manifester conformément à la loi contre ce ‘’hold-up électoral’’.

Le constat qu’on peut faire, Cellou Dalein Diallo n’a pas la même stratégie politique que ses collègues qui ont exprimé leur intention de déposer en bon républicain des recours devant le juge électoral nouvellement installé. En plus, ils n’appellent pas leurs militants à manifester compte tenu de la situation volatile du pays.

Acculé par les critiques de plusieurs de ses partisans sur sa participation à une élection qui était mal préparée par la CENI avec des jeux gagnés d’avance, l’éternel chef de file de l’opposition ne sait plus à quel saint se vouer. Il réfléchit mais n’en trouve pas la bonne stratégie.

Selon beaucoup d’observateurs, un boycott du scrutin l’aurait permis d’éviter à ses militants et à la communauté peule dont on l’assimile souvent, les pertes matériels et en vies humaines enregistrées depuis le jeudi 08 octobre, jour de sa rentrée à Conakry après plusieurs semaines passées à l’intérieur du pays dans le cadre de la campagne électorale.

Selon un bilan non confirmé par les autorités, il y aurait eu 8 morts et des boutiques et magasins pillés et incendiés à Madina, Matoto, Enta et dans la sous-préfecture de Banankoro en haute Guinée.

Il reste de savoir si l’homme politique va différencier entre foule et stratégie politique pour tenter de se relever pour la présidentielle de 2020.

Abdoulaye Maci Bah pour Afrinews

+224 622 44 99 66




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *