Bisbilles au SLECG/Guinée: réactions d’Aboubacar Soumah et de Luis M’Bemba

43

Dans une émission radio de grande écoute de la place, Aboubacar Soumah a réagi à la décision de ses supérieurs l’excluant du SLECG. Pour le syndicaliste auteur de la grève qui avait récemment paralysé le système éducatif du pays pendant trois semaines, son exclusion est nulle et sans effet.

Rappelant que dans le milieu syndical seule la base est habilitée à destituer un responsable de son poste, Aboubacar Soumah se considère toujours secrétaire adjoint du SLECG. Interrogé à donner ce qu’il pense être les causes de son exclusion, il a tout d’abord placé cette affirmation: ‘’Quand l’argent parle la raison se tait’’. Selon le syndicaliste exclu, les responsables de son exclusion ont été corrompus pour agir de la sorte.

Rassurant que la discorde qui opposait son camp aux centrales syndicales à cause de la dernière grève était déjà réglée et le travail d’ensemble également repris, Aboubacar Soumah a été senti très surpris dans son intervention. Comme pour justifier que tout semblait au beau fixe avec ses supérieurs, il a fait cas de la correspondance contenant les revendications à l’origine de la grève de novembre 2017 unanimement envoyée au gouvernement par l’intermédiaire des chefs religieux. Si Aboubacar Soumah estime que son exclusion n’a aucune raison valable ce n’est pas ce que pense l’USTG. Dans la même émission, le secrétaire général de cette centrale syndicale a aussi été entendu. D’après Luis Bemba Soumah, Aboubacar Soumah aurait plusieurs fois violé les principes qui régissent le syndicalisme dont entre autre: vol par effraction des cartes des membres et organisation d’assemblées générales et des réunions sans avale du bureau national.

A écouter les protagonistes, il paraît évident d’imaginer les jours à venir tendus entre Aboubacar Soumah et les centrales syndicales.

Oury Nombokelen Bah pour afrinews
Redaction: +224 622 449 966
redafrinews@gmail.com




Laisser un commentaire