Bisbilles au sein du PUP: Pr Baniré Diallo du comité ad hoc déballe tout ! (interview)

134

Conakry- Que s’est-il passé lors du congrès du Parti de l’Unité et du Progrès le 31 juillet dernier? Le comité ad hoc a-t-il favorisé un camp au profit d’un autre ? le PUP va-t-il présenter un candidat à la présidentielle ? Quelles sont les relations entre le parti du feu général Conté et le RPG d’Alpha Condé ? Voilà entre autres les questions débattues avec le Professeur Thierno Alioune Banirè Diallo qui a présidé les travaux.

Lisez:

Quel regard portez-vous sur le déroulement du congrès du PUP qui, au lieu d’être un tremplin pour l’unité au sein du parti a plutôt  suscité des confusions ?

La première des choses que je constate est que le PUP intéresse tout le peuple de Guinée. C’est une satisfaction pour moi. Le deuxième principe ce que l’on sent que le PUP comme certains l’on dit n’est pas mort. Il est non seulement dans la conscience des gens, mais il a suscité beaucoup d’intérêt aussi au niveau de ceux-ci. Je regrette  qu’une minorité qui s’est toujours servie de Lansana Conté et du PUP ait voulu faire un holdup à la tête du parti. Portant atteinte ainsi à l’honorabilité de notre parti et suscitant une désunion au sein du parti. Mais soyez rassurés que l’unité au sein de notre parti restera. Je dis bien une minorité. Et puis ils ne sont pas à leur première tentative. En 2010, c’était ainsi que quelqu’un n’ayant jamais milité au sein du PUP se réveille un matin avec ses loubards pour venir au niveau de Matam pour exiger à ce qu’il soit immédiatement mis au bureau politique national. Il a eu  une réponse cinglante parce qu’aucun n’a accepté qu’il soit membre du bureau politique national. Il (ndlr, Cheik Amadou Camara, candidat malheureux) comptait sur sa corruption, son argent et il pensait qu’il pouvait acheter la conscience de nos militants. Mais qui l’ont montrés qu’en fait leur conscience ne peut pas être achetée. Cette fois-ci en 2015, n’ayant pas mérité au niveau des comités directeurs, il se réveille au niveau de Dixinn pour dire qu’il faut qu’il soit membre du bureau politique national. Parce que nous avions défini qu’au congrès national seuls les membres du bureau politique national élus à la base au niveau des congrès régionaux pouvaient être électeurs et éligibles au congrès national. Il se réveille et il distribue de l’argent toute la nuit et se retrouve ainsi membre du bureau politique au niveau de Dixinn. Il n’y a qu’un seul membre du bureau politique au niveau de Dixinn et fort de ça il a organisé ses loubards et s’est mis à envoyer des délégations à l’intérieur du pays pour pouvoir faire le holdup électoral dont il parle. Et la réponse a été cette fois encore cinglante.  Si dès le début je n’avais accepté sa candidature on aurait beaucoup des difficultés pour organiser notre congrès. Mais fort du citoyen de tous les militants de notre parti nous avons accepté qu’il passe au congrès. Et au congrès, nous voulions lui faire comprendre que la minorité qui se trouve autour de lui ne peut pas lui permettre d’être le président du PUP. Le comité ad hoc avait pour mandat d’organiser tous les congrès depuis les fédérations jusqu’au niveau national dans un délai de 2 mois pour la relève du parti. Nous avons envoyé des délégations pour organiser les congrès fédéraux au niveau de toutes les circonscriptions électorales dans notre pays. L’objectif c’était de savoir réellement si le PUP existe encore à l’intérieur. Deuxième objectif, pour savoir si ses  militants adhèrent au comité ad hoc parce que cette adhésion assurait la légitimité dudit comité. La légalité étant déjà assurée par nos textes fondamentaux. En notre grande satisfaction, les 73  fédérations moins les 14 fédérations ont adhéré. Et au niveau de Conakry pendant les congrès fédéraux toutes les fédérations ont adhéré. C’est pour vous dire même que toutes les fédérations ont soutenu et félicité le comité ad hoc. Après les congrès fédéraux, nous avons organisé les congrès régionaux pour élire les membres du bureau politique, les membres du comité central, les membres du comité national des jeunes, les membres du comité national des femmes, etc. c’est dans ce cadre-là que celui qui a voulu faire le holdup a été élu au niveau de Dixinn comme membre du bureau politique proposé par la dite circonscription. Il revenait au comité national de valider ou d’invalider ce congrès. C’est ensuite que nous avons organisé le congrès national.  S’il n’adhérait pas à la façon dont on organise le congrès il n’aurait pas participé.

Dans un document portant statut du PUP fournit par le camp Cheick Ahmed Camara, votre adversaire, il est dit à son article 7 paragraphe 2 que ‘‘les membres des organismes dirigeants des différents échelons du PUP sont élus démocratiquement en congrès national ordinaire’’. Qu’en pensez-vous?

C’est faux! Comment est-ce qu’on peut organiser le congrès fédéral de Yomou à Conakry au cours d’un congrès national ? Ce n’est pas vrai puisque ce n’est pas faisable.

En conférence de presse le mardi passé, M. Cheick Ahmed Camara a rejeté le comité ad hoc dont vous présidé. Il estime que ce comité n’est pas prévu par les textes du parti. Que répondez-vous ?

Mais il a reconnu ce comité ad hoc, il le rejette parce qu’il a été battu. S’il ne le reconnaissait pas, il ne serait pas venu aux différentes élections. C’est maintenant parce qu’il a été battu qu’il le rejette et c’est une minorité. Il le rejette au moment où le mandat du comité ad hoc est terminé. Il fait sa conférence de presse mardi alors que lundi nous avions rendu les clés du siège et tous les documents au premier responsable élu.

Est-ce qu’il y a une disposition réglementaire dans vos statuts et règlements intérieurs prévoyant la mise en place d’une commission ad hoc? 

Je vais vous lire l’article 13 du règlement intérieur: ‘’en ce qui concerne les organismes, les sanctions sont les suivants: l’avertissement, le blâme public, la suspension, la destitution de la direction sanctionnée avec remplacement d’une commission provisoire’’.

Les jeunes et les femmes auxquels le Général Lansana Conté (ndlr, ancien président de la république décédé en 2008) a confié le parti en fin de mandat du bureau politique national sortant ont demandé y compris les fédéraux de Conakry, la destitution du bureau politique s’il ne parvenait pas à organiser le congrès en fin de mandat. Ils sont arrivés en fin de mandat. Il y a une déclaration commune prise qui a dit que le lendemain du 23 mars si le congrès n’est pas organisé, les jeunes et les femmes allaient déposer leur motion de destitution. Leur direction provisoire, c’est le comité ad hoc.

Le camp de Cheik Amadou Camara exige la reprise du congrès avec la destitution du comité ad hoc. Votre avis ?

Mais, qui sont-ils? Ils ne dépassent pas treize. Ils demandent la suppression du comité ad hoc, je viens de vous dire que lundi, notre mandat était déjà terminé. Nous avons rendu le tablier. Ils suppriment quoi ? Un comité qui n’existe plus ?. Et à quel titre? Leur collège existe-t-il dans les textes du parti ? Le congrès est terminé. Il n’y aura plus de congrès. Ils ne sont qu’une minorité de fédéraux de l’intérieur du pays.

Il se dit dans les coulisses que vous avez touché une enveloppe de 200 millions pour favoriser Fodé Bangoura. Qu’en dites-vous ?

Ils n’ont qu’à apporter les preuves. C’est facile d’accuser. Vous savez que les rumeurs sont là. Une enveloppe de 200 millions de francs guinéens, vous ne m’auriez pas trouvé ici. De la part de qui?

Du pouvoir par le biais de Fodé Bangoura, peut-être?

Ils me connaissent très mal. Vous croyez que Fodé Bangoura est riche jusqu’à ce point ?.

Fodé Bangoura, ministre conseiller à la présidentielle est accusé de vendre le PUP au RPG arc en ciel. Que répondez-vous ?

Ce sont des arguments du battu. Ils montent des mensonges. Malheureusement, le peuple de Guinée suit cela. Même si c’était l’intention, vous pensez que les cadres qui sont au sein du parti vont accepter de se faire tirer par le bout du nez? Je dis Non.

Quelles sont vos relations avec le RPG arc en ciel ?

Moi, je n’ai aucune relation avec le RPG arc en ciel. Je ne peux avoir aucune relation avec ce parti. J’ai mon parti, c’est ce qui m’intéresse.

Quelle est la position de votre parti dans l’échiquier politique national ?

Nous avons réaffirmé par un pacte que c’est nous qui avons perdu le pouvoir. Et nous cherchons à le reconquérir. Nous sommes un parti d’opposition. Nous ne voulons pas être un parti remorqué. Nous n’en voulons pas. Nous voulons être la locomotive de l’opposition.

Est-ce que le PUP va présenter un candidat à l’élection présidentielle ?

Nous allons tenir bientôt notre convention nationale pour investir notre candidat.

Ce sera Fodé Bangoura, votre candidat?

Pas forcément. C’est cette convention qui décidera qui va être le candidat du PUP.

Merci

Je vous remercie.

Interview réalisée par Abdoulaye Maci Bah pour Afrinews

+224 622 44 99 66




Laisser un commentaire